Algérie: Rationalisation des importations - Les minoteries à la loupe

Alger — La décision du gouvernement de fermer 45 minoteries, notamment pour "surfacturation" et "fausses déclarations", s'inscrit dans le cadre du combat à mener par le gouvernement pour préserver les réserves de change du pays et rationaliser les importations.

La décision, prise par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, mercredi dernier lors d'une réunion du gouvernement qu'il a présidée, a été une ferme réponse aux dépassements de la part de certaines minoteries, démasqués par un groupe de travail chargé d'auditionner la filière du blé.

Ces dépassements mis à nu, portent notamment sur les capacités de production effectives de ces minoteries et sur la surfacturation en vue de bénéficier indûment de quotas supplémentaires de blé tendre subventionné.

Le Premier ministre a également instruit d'ester en justice, au terme de l'audit général, d'autres minoteries s'adonnant aux fausses déclarations sur leurs capacités de production effectives, ainsi que de suspendre le directeur général de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC).

Affirmant que le gouvernement "ne tolérera aucun dépassement de ce genre tout en veillant à garantir l'approvisionnement du marché national en ce produit", M. Bedoui a exhorté le groupe de travail à poursuivre son audit qui sera sanctionné par un rapport exhaustif comportant aussi les raisons du retard accusé dans la réalisation de structures de stockage de céréales.

Pour rappel, la création d'un Comité de veille, de régulation, de contrôle et d'évaluation de la céréaliculture, décidée en juin dernier par le gouvernement, constitue une nouvelle mesure de rationalisation des importations, visant à contenir l'érosion des réserves de change du pays.

Chargé de "concevoir une approche claire, à court et moyen termes, en matière de rationalisation de la gestion et de l'importation des céréales", ce Comité, placé auprès du ministre des Finances et associant les ministres du Commerce, de l'Industrie et de l'Agriculture, aura à effectuer un audit global concernant le respect des obligations juridiques par l'ensemble des opérateurs activant légalement dans le domaine.

Le 23 mai dernier, le Gouvernement avait donné son accord à de nouvelles mesures visant la régulation des importations des céréales et du lait, deux produits qui totalisent plus de la moitié des importations alimentaires du pays, dans le cadre d'une démarche visant la préservation des réserves de changes.

L'Algérie a importé en 2018 pour 8,57 milliards de dollars (mds usd) de produits alimentaires (+1,6%), une facture tirée essentiellement par la hausse des importations des céréales.

Les importations des céréales-semoule-farine a grimpé à 3,1 mds usd en 2018 (+11,55%) alors que celles des lait et produits laitiers a légèrement reculé à 1,4 mds usd (-0,65%).

D'autre part, M. Loukal a présenté, au cour de la récente réunion du gouvernement, une deuxième intervention consacrée à la présentation des résultats du travail du Comité intersectoriel de veille, chargé du suivi des activités économiques et des projets susceptibles d'enregistrer des perturbations en raison de mesures conservatoires.

A ce propos, le premier ministre a mis en avant la détermination du gouvernement à poursuivre la réalisation de l'ensemble des projets publics concernés, à respecter tous les engagements, notamment avec les partenaires étrangers conformément à la loi.

L'activation de toutes les procédures en vigueur pour amener les entreprises de réalisation à tenir leurs engagements contractuels a été également décidée.

Tous les secteurs concernés ont été enfin chargés de veiller à l'épuisement de toutes les solutions juridiques pour la régularisation des situations des travaux afin de préserver les droits de tous les travailleurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.