Tchad: Le paradoxe numérique tchadien

12 Juillet 2019

Au Tchad, se connecter à Facebook ou Twitter relève du parcours du combattant à cause de la censure imposée par le régime. Qu'importe ! Cela n'empêche pas N'Djamena d'accueillir en ce moment un forum sur le numérique.

Faire le bilan de vingt années de restructuration des secteurs des postes et des communications électroniques, c'est l'objectif visé à travers ce forum. Pour le ministre d'Etat, secrétaire général à la présidence, Kalzeubé Pahimi Deubet, cette réunion permettra d'accroître la contribution de l'économie numérique dans l'économie nationale.

Un forum pour rien ?

Mais pour bon nombre de Tchadiens, c'est un paradoxe de poursuivre la censure des réseaux sociaux et d'organiser en même temps un forum sur l'économie numérique.

"Cela ne sert à rien de parler du numérique si on ferme les réseaux sociaux pour des raisons politiques", soutient par exemple Abdelkerim Yacoub Koundougoumi, chef de division Afrique centrale d'Internet sans frontières. "Nous conseillons au gouvernement de revoir sa position. L'internet aujourd'hui, c'est l'algorithme qui façonnera notre monde de demain, qui façonnera nos institutions, qui va réguler les marchés et permettre l'expression de notre peuple dans les domaines économiques, sociaux et politiques. Cela ne sert à rien aujourd'hui d'organiser un forum sur le numérique et en même temps de faire tout pour qu'internet devienne cher et de mauvaise qualité parce qu'on a peur de cet outil. Cela ne mènera nulle part."

Une réaction que partage Emmanuel Deuhb, alias Zyzou, blogueur et expert formateur en réseaux sociaux :

"L'accès à internet fait partie des droits de l'homme donc on ne peut pas organiser un événement d'une telle envergure dans un pays comme le notre où tout le monde sait que les réseaux sociaux sont coupés. Les réseaux ce n'est pas seulement pour la distraction, ils sont incontournables. Je pense que c'est une insulte pour le gouvernement d'organiser un tel événement, juste pour détourner de l'argent. Moi j'appelle ça un forum de la honte."

L'étranger réclame une levée de la censure

La censure des réseaux sociaux qui perdure depuis plus d'un an a valu au gouvernement tchadien plusieurs critiques, notamment de la part des associations de défense des droits de l'homme et des partenaires du Tchad. Récemment, le représentant de l'Union européenne au Tchad, Bertrand Soret, a plaidé pour la levée de la censure des réseaux sociaux dans le pays. Une condition indispensable, selon lui, à tout financement des prochaines élections législatives et locales prévues à la fin de cette année.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.