Libye: La ministre des Armées s'explique sur la présence des missiles français

Des explications « urgentes », voilà ce que demande le Gouvernement d'union libyen à Paris après la découverte de missiles de l'armée française sur une base de Khalifa Haftar à Gheryan. Sachant que la France soutient le gouvernement d'union, reconnu par la communauté internationale, et que Khalifa Haftar mène une offensive contre Tripoli depuis début avril. Florence Parly, la ministre française des Armées, assure que ces missiles étaient hors d'usage.

Ce sont des missiles qui appartiennent aux armées françaises, qui ont été achetés aux Américains. Ces missiles avaient pour vocation d'assurer la protection d'éléments français de détachement, dont la mission était une mission de renseignement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Il se trouve que ces missiles ont été mis hors d'usage. Ils étaient donc stockés dans un endroit qui était destiné à, ensuite, permettre leur destruction. Pour des raisons qui tiennent aux évènements qui se déroulent en Libye, ces missiles n'ont pas pu être détruits à temps, [ils] n'ont jamais été transférés à quiconque. Ils n'avaient qu'un seul usage prévu, celui de contribuer à la protection d'éléments français qui faisaient du renseignement dans le cas de cette lutte contre le terrorisme.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.