12 Juillet 2019

Ile Maurice: Motion Chagos - L'occasion de rappeler l'aberration Agalega au n°3

Ce serait logique. Dans la mesure où les îles de la République ont sensiblement les mêmes problématiques, qu'elles soient regroupées sous une même circonscription, avec Rodrigues. Le leader de l'opposition a fait cette suggestion lors des débats sur la motion présentée par le Premier ministre, ce vendredi 12 juillet, au Parlement. Celle-ci vise à faire inclure les Chagos dans l'une des circonscriptions de Maurice.

Xavier-Luc Duval a expliqué qu'Agalega n'a rien à faire dans une circonscription urbaine comme le n°3 (Port-Louis-Maritime - Port-Louis-est). Le sujet a également été abordé par Paul Bérenger. Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) est revenu sur l'inclusion d'Agalega dans cette circonscription, en 1998. Si l'Electoral Supervisory Commission (ESC) devait avoir ses raisons, le résultat n'est pas là. Donc, inclure les Chagos dans une circonscription (il a été question du n°1) doit être bien réfléchi.

A la différence de Xavier Duval qui se réjouit que l'ESC devra faire un rapport spécial pour l'inclusion des Chagos («parce que sinon cela ne se fera jamais vu que les gouvernements gardent ce rapport pour eux»), Paul Bérenger pense que la commission devra la prendre en considération dans son rapport qui paraît tous les dix ans. «Chaque dix ans, l'Electoral Boundaries Commission propose la redéfinition des circonscriptions. En ce moment elle finalise son rapport. En 1998, nous étions dans la même situation, le rapport avait deux ans de retard. Là il est attendu d'un instant à l'autre. Ce n'est pas possible que ses membres ne prennent pas en considération les Chagos dans la redélimitation des circonscriptions.»

Atteinte à la démocratie

Le député travailliste, Shakeel Mohamed, député du n°3 justement, estime que le fait que les élus d'Agalega ne peuvent s'y rendre est une atteinte à la démocratie. Il espère que les Chagossiens et Agaléens pourront un jour siéger au Parlement comme les Rodriguais et que leurs représentants pourront voyager dans leurs îles.

Toutefois, même si tous les partis d'opposition ont signifié leur intention de voter la motion, ils ont insisté sur sa valeur davantage symbolique.

Du côté de la majorité, Etienne Sinatambou, ministre de la Sécurité sociale et de l'Environnement, Anil Gayan, ministre du Tourisme, et Ravi Rutnah, député du Muvman Liberater, on encensé le Premier ministre et le ministre mentor. Ils ont fait appel au patriotisme et rappelé que c'était un pas en avant dans la logique gouvernementale de reprendre sa souveraineté sur les Chagos. Le député de Rodrigues, Buisson Léopold, a également donné son soutien au Premier ministre.

Les Chagossiens pas consultés

A noter la présence de membres de la communauté chagossienne dans la galerie des invités, dont Olivier Bancoult, le leader du Groupe réfugié Chagos. Paul Bérenger y a fait référence en mentionnant un article paru dans le mauricien, cet après-midi, disant que le MMM allait étudier la proposition du GRC. Celle-ci est que les Chagos soient une circonscription à part entière avec un représentant élu à l'Assemblée nationale.

D'ailleurs, une des critiques formulées à l'encontre de cette motion, c'est qu'il n'y avait pas eu de discussions préalables avec les Chagossiens.

Les débats se sont poursuivis après la pause de 17 h 15. Alan Ganoo, du Mouvement patriotique, a lui aussi évoqué les réserves des Chagossiens dans le mauricien. Nous reviendrons sur la suite des débats.

Ile Maurice

Le PPS Aliphon giflé - «Je croyais que c'était un voleur», dit l'automobiliste

Soupçonne d'avoir giflé le Private Parliament Secretary (PPS) Alain Aliphon, un habitant de La-Tour-… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.