Bénin: Festival d'Avignon 2019 - «Ça va, ça va le monde!», du Bénin à la Roumanie

RFI recommence à partir de ce samedi 13 juillet son aventure théâtrale et radiophonique « Ça va, ça va le monde ! » au Festival d'Avignon. L'entrée est libre pour ce cycle de lectures de théâtre de plus en plus acclamé par le public. Présenté du 13 au 18 juillet au jardin de la rue de Mons, il réunit des auteurs du Bénin, de la Roumanie, de la Guinée, du Cameroun, du Togo et du Liban.

Chaque année, « Ça va, ça va le monde ! » est un rendez-vous où l'on se presse pour commencer, en douceur et l'esprit curieux, une journée de festivalier. Et pour la première fois, vous pouvez vivre cette année l'événement en Facebook Live, du samedi 13 au jeudi 18 juillet, à 11h.

Cigales du matin, carillons sonnant midi, le jardin de la rue de Mons, au pied du palais des Papes, est en effet un lieu de découvertes pour des textes peu ou pas connus, parfois inédits, écrits par des auteurs de la Francophonie du Sud. Six textes, six auteurs dont cette année Les inamovibles de Sédjro Giovanni Houansou, qui a remporté le prix RFI Théâtre 2018.

Dès les premiers mots, la tragédie est là... Malik, un jeune migrant, se jette sous un train, de désespoir. Ses parents rêveront, attendront longtemps son retour. Impasse et imposture. Avec le texte de ce jeune auteur béninois, la tragédie de ce siècle se déploie dans des allers-retours entre rêve, désir et attente.

Dire l'Afrique contemporaine

Sédjro Giovanni Houansou est un auteur engagé à dire l'Afrique contemporaine comme la plupart de ceux qui font du théâtre à Yaoundé, Conakry ou Lomé. Trois pays d'où sont originaires les auteurs lus dans ce cycle 2019 et qui, chacun, raconte frontalement des histoires liées à la migration (Sufo Sufo), à la corruption, au terrorisme (Souleymane Bah) ou à la mémoire de la colonisation (Mawusi Agbdjibji).

Chez les autrices venues d'autres espaces linguistiques et géographiques, l'Afrique n'est pas loin. Alexandra Badea prend à bras le corps la question de l'aide aux migrants et Hala Moughanie celle de l'appropriation de la terre. Une certaine gravité marque, comme souvent, cette édition 2019, mais la drôlerie, la folie et l'émotion sont aussi au rendez-vous avec des textes qui sont le meilleur témoignage de la vitalité de l'écriture dramatique dans le monde francophone.

Quand les mots s'envolent sur les ondes de la radio

Ces textes sont adaptés pour un format radiophonique, car chacune de ces lectures est enregistrée pour être diffusée sur RFI durant l'été. Il n'en reste pas moins qu'il y a toute la fragilité du théâtre, art de la présence et de l'éphémère par excellence. Acteurs et musiciens travaillent sous la direction du metteur en scène Armel Roussel pour dire, lire, jouer ces textes une fois, une seule, dans ce jardin intime sous l'ombre des micocouliers.

Puis, les mots s'envolent au-delà des murailles de la cité des papes, sur les ondes de la radio. Les grillons, une émotion, les mots, la découverte, c'est la magie du Festival d'Avignon en 50 minutes chrono.

Samedi 13 juillet, à 11h : Les Inamovibles, de Sèdjro Giovanni Houansou (Bénin)

Dimanche 14 juillet, à 11h : Celle qui regarde le monde, d'Alexandra Badea (Roumanie/France)

Lundi 15 juillet, à 11h : Danse avec le diable, de Souleymane Bah Thiâ'Nguel (Guinée)

Mardi 16 juillet, à 11h : Debout un pied, de Denis Sufo Tagne dit Sufo Sufo

Mercredi 17 juillet, à 11h : Transe-Maître(s), de Mawusi Agbedjidji (Togo)

Jeudi 18 juillet, à 11h : Memento Mori, de Hala Moughanie (Liban)

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.