Burundi: Le chef des Imbonerakure nommé à la tête de la radiotélévision

Au Burundi, c'est désormais le chef du chef de la ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti au pouvoir au Burundi, qui dirige la radiotélévision nationale RTNB, à moins d'une année des élections générales dans le pays, dont une présidentielle à laquelle l'actuel chef de l'État a promis de ne pas participer.

Mais problème, l'organisation des droits de l'homme Human Rights Watch a rappelé hier dans une déclaration que les Imbonerakures se sont rendus coupables d'exactions notamment d'arrestations ou d'assassinats. Le Burundi est sous le coup d'une enquête de la CPI pour crimes contre l'humanité et cette cour accuse la ligue des jeunes d'être au coeur du système répressif burundais. De quoi inquiéter l'opposition.

Le symbole est fort de l'avis même de certains journalistes de la radiotélévision nationale du Burundi.

C'est le propre chef des Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti au pouvoir, que l'ONU qualifie de milice, qui trône depuis deux jours à la tête de la seule radiotélévision publique du pays.

Jusqu'ici directeur général d'une société sucrière, Éric Nshimirimana ne connaît rien aux médias. Un journaliste de la RTNB estime qu'il a été nommé « pour assurer au parti CNDD-FDD une mainmise totale sur ce média, très écouté en milieu rural ».

C'est aussi un message à l'opposition interne pour lui dire que « le système médiatique est totalement sous contrôle à moins d'une année de la présidentielle prévue le 20 mai 2020 », accuse sous anonymat une figure de la société civile encore au Burundi.

L'organisation Human Rights Watch a dénoncé de son côté « une nomination qui porte un coup dur à toutes les victimes d'abus perpétrés par les Imbonerakure, ainsi qu'à la liberté de la presse au Burundi ».

La présidence du Burundi n'a pas voulu réagir hier, mais un haut cadre a rejeté des accusations qu'il met sur le compte « des médisances » et autres « calomnies ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.