Afrique de l'Ouest: L'éco, future monnaie ouest-africaine, gardera sa parité avec l'euro

L'organisation régionale, dont les huit États membres ont tous pour monnaie le FCFA, plaide pour les critères de convergence économique nécessaires à la mise en place de cette monnaie soient atteint dès la fin de cette année. Sur l'éco, future monnaie ouest-africaine, le président en exercice de l'UEMOA , Alassane Ouattara, a donné quelques précisions.

L'éco sera-t-il le nouveau nom du franc CFA ? Oui, en tout cas dans un premier temps, puisque la monnaie unique ouest-africaine conservera son taux fixe par rapport à l'euro, a expliqué Alassane Ouattara. « Aujourd'hui, le taux de change de l'euro par rapport au franc CFA est de 655,9. Et bien sûr, si les chefs d'État décidaient l'année prochaine de changer le franc CFA en éco parce que nous avons respecté tous les critères de convergence, ce taux ne changerait pas dans l'immédiat. »

À terme, une fois que l'éco dépassera les frontières de l'UEMOA et intégrera des pays qui n'ont pas le franc pour monnaie, cette question d'un taux flexible pourra être remise sur la table des débats. Mais pour Alassane Ouattara la parité fixe a plusieurs avantages. « Nous considérons que ce taux de change fixe vis-à-vis de l'euro a bien servi nos économies, maîtrise l'inflation, nous permet d'avoir des taux de croissance les plus élevés du continent. Il n'y a rien de pire pour les populations que l'inflation. Je suis très fier de dire que la Côte d'Ivoire depuis sept ans n'a jamais dépassé un taux d'inflation de 1 à 2% par an, et il faut que cela soit maintenu. »

Pour l'instant, l'heure est au respect des critères de convergences. Notamment le déficit à 3% du PIB. L'UEMOA est à quatre aujourd'hui. Objectif pour les États membres : descendre à 3% d'ici la fin de l'année pour que l'éco puisse entrer en vigueur l'an prochain.

■ Les chefs d'État de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) veulent un sommet extraordinaire de la Cédéao le 14 septembre à Ouagadougou pour discuter des problèmes sécuritaires que rencontrent les pays membres et qui affectent les économies de la sous-région.

Il ne suffit pas de s'en tenir au G56 Sahel ou à la Minusma, il faut que ce soit l'ensemble des pays de la Cédéao et je dirais qu'il faut inclure les pays du lac Tchad, comme le Tchad et le Cameroun, dans cette coalition. Nous avons demandé à nos ministres de la Défense et à nos ministres de la Sécurité de nous faire des propositions en septembre prochain pour que nous puissions présenter notre rapport à l'occasion de l'assemblée générale des Nations unies fin septembre à New York.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.