13 Juillet 2019

Ile Maurice: Motion - L'inclusion des Chagos dans une circonscription votée à l'unanimité

Photo: lexpress.mu
Maurice estime être le sel pays à avoir le droit d’organiser des visites aux Chagos.

Rarement aura-t-on entendu la majorité et l'opposition s'exprimer d'une seule voix. Tous les parlementaires ont soutenu la motion du Premier ministre. Il reste maintenant à l'ESC de prendre sa décision quant au choix d'une circonscription.

La motion pour que l'archipel des Chagos soit intégré à l'une des 20 circonscriptions du pays, a été adoptée dans le consensus peu avant 21h30, hier soir. Cela, en présence d'une petite délégation de Chagossiens, qui se trouvaient dans la galerie des invités. On ne sait pas toutefois encore laquelle ? «Cela revient à la responsabilité constitutionnelle de l'Electoral Boundaries Commission (EBC)», a déclaré le Premier ministre (PM), Pravind Jugnauth, lors de son summing-up. «L'EBC ne peut que revoir les délimitations (boundaries).  En tant que Premier ministre, je ne peux pas l'influencer de quelque façon.»

Commentant la proposition d'avoir un représentant chagossien qui siégera à l'Assemblée nationale, le chef du gouvernement a laissé entendre que «physiquement, personne ne peut se rendre aux Chagos, encore moins y habiter pour le moment. Comment est-ce que cela se passera au niveau de la commission électorale et du système de Best Loser ? Ce n'est pas simple. Il faut être prudent».

Quant à la réclamation d'une circonscription séparée pour les Chagos, Pravind Jugnauth a souligné que c'est à l'Electoral Supervisory Commission de prendre en considération les différentes propositions. Par ailleurs, commentant la suggestion de l'Opposition d'inclure aussi St.-Brandon dans une circonscription car des pêcheurs fréquentent cette île, le PM devait affirmer qu'on «doit être sérieux. Les pêcheurs y restent temporairement comme ils le font ailleurs aussi. D'ailleurs, ils sont déjà enregistrés à Maurice. C'est un peu enfantin».

Sollicité, Olivier Bancoult du Groupe réfugiés Chagos affirme qu'il a apprécié que tous les partis au Parlement ont soutenu la motion. «Cela démontre l'esprit d'équipe en tant que Mauricien. Nous avions une proposition mais nous avons compris que l'archipel n'est aujourd'hui pas habitable. Mais à l'avenir, ce sera le cas et il y aura d'autres motions. Dans l'ensemble, chaque parlementaire a reconnu le combat mené. C'est vrai qu'il y a eu une mouvance pour la représentativité d'un Chagossien au Parlement. Nous sommes condamnés à être ensemble. Je lance un appel à ne pas nous laisser divisés par les Anglais.»

Consensus sans fausse note

Lors la première partie des débats sur la motion du Premier ministre, l'opposition, par la voix de Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger et Shakeel Mohamed, ont déclaré que leurs partis respectifs soutiendront la motion. Dans sa présentation, Pravind Jugnauth avait indiqué que le gouvernement veut montrer que l'archipel des Chagos appartient à l'État mauricien et que toute occupation des Britanniques est illégale.

Le leader de l'opposition, Xavier Luc Duval, a trouvé que la motion du Premier ministre est plutôt symbolique car, pour l'heure, les habitants des Chagos sont à Maurice. Il s'est dit heureux que l'Electoral Boundaries Commission soumettra un rapport séparé sur la circonscription dans laquelle devait être incluse l'archipel de Chagos.

Il a plaidé pour que St.-Brandon soit également dans une circonscription. Cette dernière idée a été rejetée par le ministre Etienne Sinatambou qui a indiqué qu'il ne faut «diluer la motion. Regardons l'archipel de Chagos avant tout». Le ministre a exprimé sa satisfaction qu'il y ait un consensus parmi tous les parlementaires.

Shakeel Mohamed a parlé du combat mené par le Parti travailliste (PTr), sir Anerood Jugnauth et Pravind Jugnauth pour le retour de l'archipel à la République de Maurice. Il a ajouté que le Mouvement militant mauricien (MMM) a été à l'avant-garde de la lutte en faveur des Chagossiens. «Le Royaume-Uni nous écoute et nous devons rester unis, car si nous leur montrons que nous sommes divisés, les Britanniques vont sourire.»

Il a parlé du renvoi de la célébration de l'anniversaire de la Reine par le haut-commissariat britannique, car les Britanniques disent être offusqués par une déclaration du Premier ministre. «Mais on ne peut comparer cette déclaration du Premier ministre avec ce qu'ils ont fait encourir aux Chagossiens.» Le député du PTr a néanmoins suggéré que l'occasion soit donnée aux trois élus de la circonscription de Port-Louis Maritime/Port-Louis Est (no 3) de visiter Agaléga, qui fait partie de cette circonscription. Shakeel Mohamed a été applaudi par des membres de la majorité.

Paul Bérenger a, pour sa part, rappelé que c'est le MMM qui a été au premier plan du combat en faveur des Chagossiens et que depuis, le parti n'a pas raté une occasion pour soutenir leur cause. Par contre, il a corrigé le leader de l'opposition qui avait déclaré qu'en 1965, le PMSD avait quitté le gouvernement quand il y avait des négociations entre les Britanniques et le gouvernement mauricien pour retirer Chagos du territoire de Maurice. «L'histoire nous dit que ce n'est pas le cas et que le PMSD avait déclaré dans une conférence de presse qu'il n'y avait pas de divergence sur les négociations en cours entre la Grande-Bretagne et Maurice.»

En savoir plus

Assemblée nationale - La motion sur l'inclusion des Chagos dans une circonscription adoptée

Pravind Jugnauth a fermé les débats, relativement consensuels, sur l'inclusion des Chagos dans une des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.