Cote d'Ivoire: Professionnels de la correction - Le président N'Dri Bonfils veut ouvrir une lucarne sur un métier de l'ombre

13 Juillet 2019

N'Dri Yao Firmin Bonfils, correcteur au quotidien Fraternité Matin, a désormais pleins pouvoirs pour faire la promotion de la corporation dont il est issu. Il a été investi ce samedi 13 juillet 2019, en qualité de président de l'Union nationale des professionnels de la correction de Côte d'Ivoire (Unpcci).

M. N'Dri Bonfils entend ouvrir une lucarne sur ce métier longtemps dans l'ombre, pourtant un « maillon essentiel de la chaîne de production d'un journal et d'une revue ». Le correcteur qui, selon lui, joue un rôle aussi bien dans la communication, l'administration, que dans l'industrie du livre.

Pour ce faire, il est important que ce dernier rempart avant la publication d'un écrit bénéficie d'une formation adéquate. C'est par conséquent « avec regret » qu'il est donné de constater qu'en Côte d'Ivoire, il n'existe aucune école de formation. Pour pallier cette situation, M. N'Dri demande alors au ministère de la Communication et des Médias « un accompagnement » pour permettre aux professionnels de la correction de se faire former en France.

« Professionnaliser ce corps de métier, c'est, pour nous, tracer les sillons d'une formation diplômante, du moins qualifiante. On le sait, il n'y a pas d'école de correction en Côte d'Ivoire. Comment avons-nous travaillé alors jusqu'à ce jour ? Nous avons travaillé sur la base de notre formation universitaire, mais surtout sur la base de notre niveau de culture que nous ne cessons d'enrichir », explique-t-il.

S'adressant à l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (Unjci), le président de l'Unpcci souhaite que sa corporation soit dorénavant impliquée dans toutes ses activités, notamment dans le jury des Ebony.

Intervenant au nom du directeur général de Fraternité Matin, parrain de cette cérémonie, Valentin Mbougueng a appelé l'ensemble des membres de l'Unpcci à la solidarité afin d'accomplir leur mission, relevez les défis et surtout prendre la place qui est la leur. « Le métier est en plein danger. Il est en voie de disparition avec l'intrusion de logiciel. Travaillez à sa revalorisation et à vous positionner », a-t-il prévenu.

Au cours de cette investiture, une conférence a été animée par M. Michel Koffi, grand reporter à Fraternité Matin, autour du thème: « Le correcteur, ce lecteur autre ». Une occasion pour le conférencier du jour d'éclairer l'assistance sur le rôle, la mission et la valeur ajoutée de la correction à un article.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.