Afrique: Demi-finale CAN 2019 - Les 2 Aigles n'ont pas volé haut

La 32e édition de la finale de la Coupe d'Afrique des nations de football opposera le 19 juillet 2019 au stade du Caire les Lions de la Téranga au Fennecs d'Algérie. Les deux équipes ont obtenu leur ticket pour l'ultime match de la compétition, respectivement face aux Aigles de Carthage et aux Super Eagles du Nigeria.

Le premier match a été plutôt enlevé, même s'il a été marqué par des faits de jeu et des décisions arbitrales assez litigieuses avec un arbitre éthiopien qui n'a pas toujours été à la hauteur de la partie.

L'une des nombreuses offensives ratées des Sénégalais s'est produite à la 37e minute quand Sadio Mané, après avoir évité le gardien, rate sa frappe alors que la défense était battue. Sinon, on a assisté à un match équilibré en première période malgré des Aigles de Carthage assez timorés et un Sénégal multipliant les occasions. La reprise, elle, est plus animée par des actions tunisiennes. On retiendra de cette confrontation que le Maghrébin Ferjani Sassi (75') et Henri Saivet (81') du côté du Sénégal ont raté leurs penalties. Pendant la prolongation, les Lions de la Téranga ont profité d'une sortie ratée de Mouez Hassen pour faire la différence grâce à un but contre son camp de Dylan Bronn (101').

A la suite d'une main d'Idrissa Gueye dans la surface de réparation, les partenaires de Naïm Sliti ont cru bénéficier d'un nouveau tir au but en fin de match, mais l'arbitre Bamlak Tessema a fini par revenir sur sa décision après consultation de la VAR (116'). Une décision qui va créer une polémique, mais la victoire est belle et bien sénégalaise. L'équipe valide ainsi son billet pour la suite de la compétition continentale.

Une finale qu'elle avait perdue en 2002 face à l'équipe du Cameroun sur le score de 3 à 2. Les Lions parviendront-ils à décrocher cette coupe derrière laquelle ils courent ? On le saura vendredi prochain face aux Fennecs qui ont confirmé leur statut de prétendant sérieux au titre. Tous les spécialistes en conviennent que c'est l'équipe qui a produit le meilleur football jusqu'à présent et cela s'est confirmé encore hier face aux protégés de Gernot Rohr. Une finale très ouverte se profile donc à l'horizon. Les Fennecs, eux, rêvent de rééditer l'exploit qu'avaient accompli leurs aînés en 1990 en remportant le trophée continental.

Le dernier billet de la finale a été arraché par l'Algérie. Dès la 27e minute, les Fennecs ratent un face-à-face causé par un mauvais dégagement des Nigérians. Par la suite, à la 39e minute, après un centre de Ryad Mahrez, Williams Troos- Ekong, grâce à un geste de la poitrine, envoie le ballon dans les cages de son portier, impuissant. La riposte des verts va intervenir à la 71e minute par Odion Ighalo, qui égalise sur penalty. L'une des actions majeures a été aussi cette frappe du dossard 22 de l'Algérie, qui a fini sa course sur la barre transversale du portier nigérian.

On tendait inexorablement vers les prolongations, tout comme pour la première demi-finale, mais c'est à la surprise générale, qu'à la 90e minute, sur un coup de pied arrêté magistral, les Fennecs d'Algérie vont courir en direction du Caire grâce à Ryad Mahrez qui marque, exploitant un mauvais placement du mur des Super Eagles. Score 2 à 1 pour les hommes de Djamel Bel Madi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.