Cote d'Ivoire: Croissance stable, des risques planent selon la Banque mondiale

L'économie ivoirienne se maintient. Sa croissance est stable, selon le dernier rapport de la Banque mondiale qui prévoit un taux de croissance de 7,2% en 2019 contre 7,4% en 2018. Mais plusieurs risques planent toutefois sur cette économie.

La croissance à plus de 7% qui fait la fierté des autorités depuis 2012 devrait se maintenir à condition « que l'économie ivoirienne ne subisse pas de chocs extérieurs majeurs et que l'environnement politique reste apaisé à l'approche de la présidentielle de 2020 », estime la Banque mondiale dans son rapport intitulé « Au pays du cacao, comment transformer la Côte d'Ivoire ».

D'autres indicateurs sont au vert : une inflation faible à 0,3% en 2018 et un déficit budgétaire à 4% et en baisse. L'objectif des 3% exigés par l'UEMOA pour intégrer la monnaie unique l'an prochain est à portée de main.

La Banque mondiale pointe toutefois plusieurs problèmes. Problème de mobilisation des recettes fiscales, en particulier la TVA. Et puis l'économie ivoirienne est encore très dépendante du secteur agricole (21,5% du PIB), secteur dont la croissance a fortement ralenti l'année dernière.

La fluctuation des marchés, le changement climatique font donc peser de lourdes menaces sur cette économie ivoirienne, tout comme le risque terroriste et l'incertitude autour des possibles troubles liés au processus électoral à venir.

« Cette possible dégradation de l'environnement politique pourrait aussi conduire les opérateurs privés à ralentir leurs investissements », note le rapport. Pour l'instant, ce n'est pas le cas puisque les investissements directs étrangers sont en hausse en 2018. « Ces risques politiques pourraient être exacerbés par le partage relativement limité des fruits de la croissance », ajoute la Banque mondiale. Selon les dernières statistiques disponibles sur la question et datant de 2015 : 46% des ivoiriens vivent sous le seuil de pauvreté.

La croissance ivoirienne devrait rester l'une des plus rapides du continent africain, autour de 7% de sur les 4 prochaines années, 7,2% en 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.