Afrique: Elimination de la Tunisie - Et l'Aigle baissa la tête

15 Juillet 2019
analyse

Les Aigles de Carthage sont tombés de haut, hier après-midi, face aux Lions de la Teranga, au terme d'un match qui s'est joué à peu de choses, les Sénégalais ne l'emportant que d'une courte tête (1-0), dans les prolongations.

Un score étriqué comme qui dirait, mais qui propulse en finale la première nation africaine au classement FIFA et l'un des favoris du tournoi même s'il n'a pas, jusqu'ici, particulièrement séduit par la qualité de son jeu.

La marche s'est donc révélée haute pour la Tunisie qui rêvait de rééditer son exploit de 2004, surtout depuis qu'elle a balayé Madagascar de la compétition en quarts de finale par le score sans appel de 3 buts à 0.

D'ailleurs, certains supporters tunisiens ont fondu en larmes au coup de sifflet final pour manifester leur déception suite à cette défaite face à une équipe a priori prenable, et leur déception est d'autant plus grande qu'ils rêvaient d'une revanche sur le Sénégal qui les avait battus par 2 buts à 0 lors de la précédente CAN, au Gabon.

A vrai dire, les Tunisiens n'ont pas à rougir outre mesure parce que les garçons d'Alain Giresse ont mouillé le maillot comme il fallait, et la victoire à l'arraché et dans un scénario invraisemblable du Sénégal, a été longue à se dessiner.

Mais le fait est là, les Lions de la Teranga, après leur résultat frustrant face à l'Algérie dans les matchs de poule, et un huitième de finale où ils ont tremblé face au Bénin, nourrissent le rêve de brandir leur premier trophée de l'histoire, après l'échec en finale face aux Lions indomptables du Cameroun en 2002.

Il ne reste plus aux hommes d'Aliou Cissé que de croire en leurs chances d'atteindre leur objectif

C'est déjà un beau parcours que d'arriver à ce stade de la compétition quand on sait que leur dernière demi-finale date d'il y a 17 ans. Mais on comprend les ambitions désormais affichées par Sadio Mané et ses camarades, de ramener la coupe à Dakar, au soir du 19 juillet prochain.

L'obstacle tunisien ayant été franchi, il ne reste plus aux hommes d'Aliou Cissé que de croire en leurs chances d'atteindre leur objectif qui est d'être sur la plus haute marche du podium.

Ce qui relevait quasiment de l'utopie, il y a quelques années, est devenu aujourd'hui bien possible, et c'est tout à l'honneur de cette équipe qui a fait preuve de réalisme au fil des rencontres, même si elle n'a pas été particulièrement prolifique en buts depuis le début du tournoi.

En tout état de cause, elle aura l'occasion de remporter, vendredi prochain, son premier titre de champion d'Afrique, mais il faudra pour cela battre son adversaire en finale, en l'occurrence les Fennecs d'Algérie. Ces derniers sont venus à bout du Nigéria, dans la deuxième demi-finale jouée également hier dimanche, sur la pelouse du stade international du Caire.

Un match mémorable, au terme duquel les Fennecs ont dominé les Super Eagles en rendant une copie bien plus convaincante que leurs adversaires du jour, en termes de technicité et de rapidité.

C'est donc une opposition Magreb ♯ Afrique de l'ouest qui nous sera servie la semaine prochaine pour boucler la boucle, avec un avantage psychologique pour les Lions du Sénégal qui sont devenus plus que jamais voraces, même si les Algériens semblent plus coriaces à croquer que le prédateur tunisien.

En attendant cette finale de rêve, les supporters sénégalais continuent de danser au rythme du Mbalax à Dakar, Ziguinchor, Tambacounda et ailleurs dans le pays, pour saluer la qualification de leur équipe pour la finale de cette 32e édition de la Coupe d'Afrique des nations.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.