Madagascar: Le parti de l'ex-président Ravalomanana en quête d'un second souffle

Après les défaites à la présidentielle de décembre 2018 et à l'élection législative du mois de mai, le parti veut se reconstruire. C'est dans cet objectif que Marc Ravalomanana et tous les membres de son parti se sont rassemblés pendant deux jours dans la capitale pour d'un congrès.

Avec une défaite à la présidentielle et l'obtention de seulement 16 sièges sur 151 à l'Assemblée nationale, le TIM veut rassurer ses membres, venus nombreux au congrès du parti. Après plusieurs semaines de discrétion, Marc Ravalomanana est bien là et souhaite endosser officiellement la fonction de chef de l'opposition.

« N'ayez pas peur. Je guiderai le pays dans la bonne direction et nous ne nous tairons plus. Je ne me tairai plus. Un leader ne peut pas être battu si le peuple le suit ».

Une reconstruction du parti avec, entre autres, un nouveau bureau politique composé de sénateurs et députés TIM. En ligne de mire, les élections communales et notamment la mairie d'Antananarivo. Un scrutin qui devrait se dérouler mi-octobre.

« Notre avons une demande pour le président Marc Ravalomanana. Nous voudrions que vous soyez notre candidat à la mairie d'Antananarivo. Ce n'est pas moi seule qui le demande. Vous qui êtes ici, levez vos mains si vous souhaitez cela ! Monsieur le président, la balle est dans votre camp. Nous sommes prêts à vous faire gagner, car il ne faut pas lâcher Antananarivo », explique Hanitra Razafimanantsoa est la cheffe de file des députés du parti.

Antananarivo, une ville clé, qui ces dernières années a toujours été en faveur de Marc Ravalomanana. Son épouse est l'actuelle maire. Pour certains, cette candidature serait un retour en arrière pour celui qui a été plusieurs fois président de la République. Le principal intéressé a répondu aux membres du parti qu'il avait entendu leur demande.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.