Togo: Les causes profondes d'un mal qui coûtera l'alternance

Après les cafouillages constatés dans l'organisation des premières élections municipales et multipartites au Togo le 30 juin 2019, et la proclamation des résultats provisoires par la CENI le 5 juillet, un fait politique majeur a retenu l'attention des observateurs de la scène politique togolaise.

Il s'agit, en effet, du taux de participation qui fait froid dans le dos. Une réalité dont les causes profondes sont bien connues et les conséquences risquent d'être dramatiques à moins de huit (08) mois des élections présidentielles de 2020 qui focalisent toutes les attentions puisque le projet d'alternance en 2020, devait y passer par là.

Près de 50% des populations togolaises ont marqué leur total désintérêt pour les élections municipales du 30 juin dernier. Un taux d'abstention record obtenu depuis la prise du pouvoir en avril 2005 par le fils du Général Gnassingbé Eyadema.

Un fait qui logiquement, témoigne de la lassitude du peuple togolais quant au combat d'alternance par les urnes. « Le problème du Togo ne peut être réglé dans les urnes, » tranchent certains.

En effet, depuis les mouvements de contestation politique enclenchés dans les années 90 par l'opposition démocratique pour réaliser l'alternance au Togo, la succession des évènements, notamment les coups d'état manqués, les manifestations de rue à caractère insurrectionnel, le chapelet de dialogues politiques initiés et les multiples élections organisées, n'a jamais aidé à réaliser l'alternance et le changement tant souhaités par la majeure partie du peuple togolais.

Ainsi, progressivement, les esprits de veille togolaise pour la démocratie véritable et le changement de gouvernance se noient et se meurent dans une totale indifférence. Dans ces conditions, le projet d'alternance en 2020, devenu un slogan des partis d'opposition, ne se résume qu'à un rêve, puisque beaucoup ont depuis baissé la garde.

De 2005 à aujourd'hui, du fait des échecs répétés dans la quête de l'alternance politique que par les urnes, les chantres de cette vision, pourtant noble, c'est-à-dire les plus démocrates des Togolais, ont déchanté. C'est ce qui explique le taux d'abstention qui croit à chaque élection et ce, depuis le scrutin présidentiel de 2005 avec une baisse en 2007 s'agissant des élections législatives de cette année-là.

Mais depuis 2010, la remontée de ce taux est effroyable (confer graphique), et l'alternance semble irréalisable. Plusieurs facteurs peuvent aider à comprendre le fond de ce phénomène d'abstention dont les conséquences vont tout naturellement retarder l'échéance de l'alternance en 2020 si rien n'est fait pour juguler ce mal.

Pour l'heure, cette situation de total désintérêt des Togolais, peut être expliquée par l'attitude du régime togolais qui se ferme à toute idée d'alternance politique au Togo en développant des théories identitaires pour susciter dans la masse la méfiance vis-à-vis des membres de l'opposition et la peur de l'inconnu. Aussi déploie-t-il sans pitié, des moyens ou méthodes les plus perfides, vils et abjects pour s'éterniser au pouvoir.

Les systèmes de fraude électorale installés à chaque élection, la partialité à peine voilée des institutions en charge des élections, la forte militarisation du pays avec des forces de sécurité et de défense qui, depuis des lustres, semblent prendre fait et cause pour le parti au pouvoir, etc. tout cela émousse l'ardeur et la détermination de ceux qui croient à l'alternance par les urnes.

Du coup, aidés par le fait que le vote n'est pas obligatoire au Togo, ils ne voient plus l'intérêt de s'engager dans ce parcours de combattant pour s'offrir les cartes d'électeur lors de la période de recensement électoral ou de révision pour plus tard braver les intempéries, pluie ou chaud soleil, aller voter. Ainsi, le sens du droit et du devoir civique n'est plus priorisé. Conséquence : les Togolais, très déçus de la monotonie, se versent dans le fatalisme et les plus croyants remettent leur sort entre les mains du divin Créateur qui d'après eux, reste le seul espoir, le seul rempart qui pourra un jour les libérer de la monarchie rampante au Togo. Or, n'est-il pas écrit : aides-toi et le ciel t'aidera ?

Oui, certains ont compris qu'ils doivent nécessairement se battre pour asseoir l'alternance. Seulement, ceux qui sont sensés les aider, leur indiqué la voie, se fourvoient. Ils déçoivent et démobilisent le peuple. C'est pourquoi beaucoup voient dans les facteurs qui conduisent au fort taux d'abstention, l'incohérence dans la lutte politique que mènent les partis d'opposition avec des guerres de tranchées et autres guéguerres implacables souvent constatées dans les rangs de cette opposition qui devait être unie contre l'adversaire commun.

Aussi évoquent-ils la crise de leadership qui déteint sur les mobilisations générales et empêche les peuples en lutte pour l'alternance d'asseoir une unité d'actions pour la conquête du pouvoir. Car, sur le terrain, chaque militant s'accroche à la ligne définie et défendue par son président de parti, tel un disciple dépersonnalisé resté fidèle à son gourou. Chacun défend sa thèse et se croit le plus grand théoricien du monde.

Or une lutte avec une pluralité de leaders échoue lamentablement, comme le rappelle le leader ivoirien, Charles Blé Goudé dans son récent ouvrage : De l'enfer, je reviendrai (Paris, 2016). Il dit : « C'est le combat mené dans le désordre, sans schémas, sans but précis, avec une pluralité de leaders qui avait fait échouer la lutte aux mains mues. Quand il y a trop de bergers, les moutons ne savent plus lequel suivre et ils se perdent ».

Dans ce schéma, un observateur de la scène politique togolaise déclare : « Nous savons tous quoi faire pour provoquer l'alternance mais les leaders de l'opposition sont trop imbus de leur personne pour travailler dans le sens de l'union. Les ténors ne veulent pas s'éclipser et mettre devant une personne qui trouvera l'assentiment de plusieurs. UNIR a un boulevard devant si les gens n'arrivent pas à résoudre cette simple équation ». Il poursuit : « l'avantage de ressources humaines et de moyens pour la sécurisation des résultats des urnes passent forcément par la synergie des forces opposées à ce système. Mais on nous dira qu'il n'est pas possible que les crabes et les grenouilles cohabitent ensemble.

On attend le seul hercule politique qui pourra tout seul un jour nous permettre de nous libérer avant l'an 3000 ». Abordant dans le même sens, le président du Front des Architectes de la République (FAR), Johannes Bavon, pense qu'il faudrait que les Togolais se réveillent maintenant, qu'ils sachent que ce n'est pas un match qui se joue entre le CAR et l'UNIR ou entre l'ANC et l'UNIR ou encore entre la C14 et l'UNIR. La lutte togolaise ne doit pas être perçue comme cela, ajoute-t-il.

D'après M. Bavon, les enjeux des élections présidentielles de 2020 sont énormes. Et les leaders politiques qui luttent pour le changement doivent revoir leurs stratégies, peaufiner leurs plans pour qu'au lendemain du scrutin, les Togolais puissent crier de joie. « C'est ma vie, c'est votre vie, c'est la vie de nos enfants, c'est le destin de chaque Togolais qui va se jouer en 2020. Nous n'allons plus laisser qui que ce soit nous faire suivre le vent de l'illusion. Et enfin de compte, battre les paupières au lendemain des élections en clamant qu'on nous a volés. On ne peut plus suivre des gens dans ce cafouillage. Sinon, si nous ratons 2020, attendons-nous encore à 50 ans de règne des Gnassingbé, » avait-il prévenu.

Aujourd'hui, il urge de faire comprendre à tous qu'aussi longtemps que les partis d'opposition resteront dans la posture de division pour combattre un adversaire commun qui lui, a des ramifications un peu partout, l'alternance appelée de tous les vœux par le peuple togolais dans sa majorité, restera un rêve. Aussi longtemps qu'ils ne comprendront pas que l'union fait la force, ils ne resteront que dans la définition des slogans stériles pour la conquête du pouvoir.

Au final, il restera au peuple le pouvoir de tourner le dos au bataclan d'opposants carriéristes et égoïstes pour se choisir un leader capable du renouveau et qui sait faire dans l'union pour réaliser l'alternance. Il en va pour l'intérêt de tous.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.