Congo-Kinshasa: Les acteurs de la société civile outillés sur l'élaboration des projets liés à l'accès au Fonds vert pour le Climat

Le développement de la République démocratique du Congo dépend non seulement de la volonté politique des dirigeants, mais aussi, des projets sociaux de base. Comprenant cela, la Haute académie de la société civile a organisé du jeudi 11 au vendredi 12 juillet 2019, à l'institut Bokeleale dans la commune de Gombe, un atelier de formation des Organisations de la Société civile sur l'élaboration des projets liés à l'accès au Fonds vert pour le Climat (FVC).

Une façon de stimuler les acteurs de la société civile de s'intéresser aux questions liées au changement climatique et leur faciliter l'accès au Fonds vert pour le climat (FVC). C'est sous l'accompagnement du Bureau central de coordination (BCECO) que cet atelier a été axé sur « l'initiation à la préparation des projets : cas des projets Fonds vert pour le climat ».

C'est le représentant du Révérend-Docteur Milenge Mwenelwata, initiateur de la « Haute académie de la Société civile » qui a procédé à l'ouverture de ces assises. Avant d'appeler les participants à capitaliser les apports de cette session qui se veut interactive dont la fin sera sanctionnée par un brevet de participation, le représentant du Révérend Milenge a, notamment, rappelé que la tenue de cette formation découle de l'une des recommandations de la session de la Haute académie organisée le vendredi 22 juin 2018.

Laquelle session était axée sur le thème « Comprendre le Fonds vert pour le climat : instruments financiers, modalités d'accès et de mise en œuvre des ressources et le dispositif de redevabilité».

Et de poursuivre : «le Fonds vert a été créé pour soutenir les projets sociaux de base et économiques qui offrent une alternative aux populations.

D'où, la nécessité de maîtriser les procédures d'élaboration d'un bon projet susceptible de booster l'accès à ce Fonds».

De son côté, le Directeur général du BCECO, M. Matondo, a salué la disponibilité des autorités du Fonds vert pour le climat dans l'accompagnement de cette formation. Il a, en outre, appelé les bénéficiaires à l'assiduité. Ce, avant de faire savoir que « cette session n'est qu'une première. Nous allons travailler en synergie pour envisager des rencontres similaires », a annoncé M. Matondo.

Il sied de noter que l'Afrique est l'une des régions les plus touchées par les effets néfastes du changement climatique. Elle connaît régulièrement des crises humanitaires dues, entre autres, à des pénuries d'eau, des inondations et de graves sécheresses, qui entraînent parfois des conflits permanents.

D'où, la nécessité pour les acteurs de la Société civile africaine, en général, de prendre conscience de l'urgence d'agir sur le changement climatique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.