Maroc: Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en juin

Après cinq mois d'affilée de hausse, les prix mondiaux des produits alimentaires ont légèrement chuté en juin, a constaté l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

« L'Indice FAO des prix des produits alimentaires affichait une moyenne de 173 points en juin, soit en baisse de 0,3% par rapport au mois de mai », a relevé l'agence onusienne.

Dans un récent rapport, la FAO a indiqué que « la baisse des prix des produits laitiers et des huiles végétales compense amplement la hausse des prix des céréales, du sucre et de la viande, ce qui met un terme à près de cinq mois de hausse ininterrompue de la valeur globale de l'Indice ».

En détail, l'Indice FAO des prix des céréales a connu une hausse de 6,7% en juin dernier « alors que des prévisions faisant état d'une baisse de la disponibilité à l'exportation en provenance des Etats-Unis a eu pour effet de faire grimper les cotations du maïs et, a fortiori, celles du blé », a noté l'organisation.

En revanche, la FAO a fait savoir que les prix du riz sont restés globalement stables, « la faible demande de riz Indica et Japonica ayant contrebalancé les effets haussiers imputables à une nouvelle appréciation du baht thaïlandais et à une forte demande de riz Basmati ».

En se hissant en moyenne à 183,3 points en juin, soit 7,4 points, l'Indice FAO du prix du sucre a affiché une augmentation de 4,2% par rapport au mois précédent.

Pour l'agence, cette évolution s'explique notamment par la revalorisation de la monnaie brésilienne, le real, face au dollar américain, soulignant qu'« un real plus fort soutien les prix du sucre, car il a un effet sur l'offre brésilienne de sucre sur le marché international ».

En raison de la faiblesse de la demande pour le fromage et le beurre, l'Indice FAO des prix des produits laitiers a enregistré une baisse de 11,%. Il s'agit du premier recul mensuel depuis cinq mois, a relevé la FAO notant toutefois qu'il reste supérieur de 9,4% à son niveau du début de l'année.

Le fléchissement observé en juin des prix des cours des quatre catégories de produits laitiers qui composent l'Indice a été provoqué par l'accroissement des disponibilités à l'exportation et la faiblesse de la demande à l'importation », selon les explications de l'organisation.

Egalement en baisse, l'Indice FAO des prix des huiles végétales a reculé d'1,6% pendant le mois, en raison de la faiblesse des demandes d'importations au niveau mondial.

« Ce repli est principalement dû à l'affaiblissement des cours des huiles de palme qui ont continué à chuter, à la fois sous l'effet du ralentissement de la demande mondiale à l'importation et de la hausse saisonnière de la production prévue dans les principaux pays exportateurs », a souligné la FAO.

D'après l'agence, il est aussi dû à l'affaiblissement des cours des huiles de soja dont les prix ont accusé un léger retrait en raison des mornes perspectives d'exportation, dans un contexte de disponibilités mondiales abondantes.

S'agissant de l'Indice FAO du prix de la viande, il ressort du rapport de l'organisation qu'il a augmenté d'1,5% depuis le mois de mai, s'établissant en moyenne à 176 points en juin, soit une hausse de 2,6 points.

La raison ? Une forte demande d'importations en provenance d'Asie de l'Est pour la viande ovine, la viande porcine et la viande de volaille « qui aura aussi pour effet de compenser les pénuries de production intérieure dues à la propagation de la peste porcine africaine».

Si la demande mondiale à l'importation de viande bovine est restée vigoureuse, le rapport de l'agence a indiqué que les cours sont restés stables en raison de disponibilités exportables plus abondantes en Océanie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.