Ile Maurice: Motion de blâme - Shakeel Mohamed demande de la passer à une heure de grande audience

«Pravind Jugnauth a visiblement peur. S'il a la fibre démocratique, qu'il passe la motion de blâme à une heure de grande audience.» Le député du Parti travailliste (PTr), Shakeel Mohamed, lance ainsi un défi au Premier ministre, après avoir pris connaissance de l'agenda du Parlement de mardi 16 juillet.

La motion de blâme contre le gouvernement, déposée le 28 juin, est en septième position en ordre prioritaire. Bien avant, le gouvernement a fait en sorte que quatre projets de loi soient débattus et votés. Ils sont : le projet de loi sur le financement des partis politiques, le Finance Bill, le Business Facilitation (Miscellaneous Provisions) Bill 2019 et l'Industrial Property Bill. Selon le calcul du député rouge, ce n'est que vers 3 heures du matin, mercredi, que la motion sera débattue, soit à une heure où il n'y aura pas d'audience.

«D'après le Standing Order, une motion a priorité sur les projets de lois à moins que la speaker ait fait des changements pour une autre raison. Il est clair que Pravind Jugnauth a fait une demande à Maya Hanoomanjee et qu'elle a accepté», déplore-t-il. Le but de sa motion, poursuit le députe du PTr, est de mettre l'accent sur la mauvaise gestion du pays par le gouvernement. «Le Premier ministre, visiblement, ne veut pas que sa gestion catastrophique remonte à la surface. C'est machiavélique de sa part... »

De son côté, Maya Hanoomanjee explique que cela a été toujours la pratique d'accorder la priorité aux projets de loi. «Ce n'est pas nouveau. Nous avons toujours passé le 'government business' avant. Il y a des projets de loi à passer en urgence. Par exemple, si nous ne votons pas le Finance Bill, les mesures budgétaires ne pourront pas prendre effet. Shakeel Mohamed doit être content que je fasse passer sa motion avant le délai d'un mois !»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.