Afrique de l'Ouest: Atteinte des objectifs de la declaration de Malabo - Des efforts à fournir pour le Burkina Faso

15 Juillet 2019

Un atelier de validation du rapport biennal 2019 sur la déclaration de Malabo s'est tenu le jeudi 11 juillet 2019, dans la salle de conférence du ministère de l'Agriculture et des aménagements hydro - agricoles.

Cet atelier avait pour objectif de mobiliser les différentes parties prenantes par rapport aux engagements du Burkina Faso dans la déclaration de Malabo et d'engager les différents secteurs dans le cadre d'un système permanent de collecte de données permettant d'alimenter le rapport national de revue biennale et d'améliorer les résultats du Burkina Faso dans la mise en œuvre de la déclaration de Malabo pour la transformation de l'agriculture au pays des Hommes intègres.

L'Union Africaine a lancé en 2014 le Programme Détaillé de Développement de l'Agriculture en Afrique (PDDAA) qui est adopté comme cadre politique pour la transformation agricole en Afrique.

En 2014, lors de la 23e session ordinaire de l'UA à Malabo, les dirigeants africains ont renouvelé leur engagement en faveur du PDDAA en adoptant la déclaration de Malabo sur la croissance et la transformation agricoles accélérées pour la prospérité partagée et l'amélioration des moyens de subsistance.

Les dirigeants africains se sont ainsi engagés à responsabiliser mutuellement les résultats et les actions et ont convenu d'adopter le processus de revue biennale des progrès réalisés par les différents pays. Le premier rapport biennal a été présenté en janvier 2018 à Addis Abeba.

47 pays membres ont soumis des rapports. 20 pays ont été déclarés sur la bonne voie dont le Burkina Faso pour atteindre les engagements de la déclaration et 27 pays déclarés pas sur la bonne voie. La référence pour 2017 a fixé comme seuil minimal 3.94 pour qu'un pays soit qualifié être sur la bonne voie.

« Le Burkina Faso a obtenu un score global de 4,2 sur un seuil africain de 3,9. Ce qui signifie que nous sommes en marche vers l'atteinte des cibles de la déclaration avec un rang de 15e sur les 47 pays ayant été soumis au rapport », a indiqué le ministre burkinabè en charge de l'agriculture et des aménagements hydro- agricoles, Salif Ouédraogo.

Pour le ministre, ces résultats satisfaisants ne doivent pas nous faire perdre de vue qu'il reste de nombreux défis à relever pour les chantiers futurs. C'est pourquoi, il a invité les participants à déployer encore plus d'efforts pour améliorer le suivi et la mise en œuvre de la déclaration de Malabo.

« Le présent atelier marque la dernière étape du processus d'élaboration de notre rapport pays. Je vous invite à l'examiner sans complaisance et à apporter vos contributions afin que son contenu reflète les efforts réels consentis par les acteurs » a-t-il poursuivi.

Il a aussi fait la promesse que le gouvernement du Burkina Faso à travers le ministère de l'Agriculture et des aménagements hydro - agricoles entend poursuivre ses engagements dans l'amélioration des résultats atteints pour le développement du secteur agricole dans notre pays.

En rappel, le financement des travaux de l'atelier est assuré par AGRA/ Burkina Faso et l'ONG OXFAM/ Burkina Faso, à travers le projet-suivi des politiques publiques agricoles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.