Afrique: CAN 2019-Sénégal/Tunisie - Pourquoi n'y a-t-il pas eu de penalty après la main d'Idrissa Gueye ? Explication

La faute de main non sifflée d'Idrissa Gana Gueye ce dimanche en demi-finale de la CAN 2019 a fait l'objet d'un débat sur la chaîne française RMC Sport hier après le match. Ce débat, qui a réuni plusieurs consultants, n'a toujours pas permis d'avoir une position unique sur ce fait de jeu dont certains estiment qu'il aurait dû être à l'origine d'un penalty pour les Tunisiens alors que l'arbitre de la rencontre n'a finalement pas jugé nécessaire de l'accorder. Néanmoins, il a permis de mettre en évidence certaines règles d'arbitrage liées à cette situation.

Selon un des consultants, la Tunisie aurait dû avoir un penalty sur la main de Gueye. « Je me suis retapé le règlement et il aurait dû avoir un pénalty. Dans le règlement, il y a un article qui date de juin et qui contient une partie sur les fautes de main. L'article indique que l'arbitre ne doit pas siffler lorsque le bras est collé au corps. Et sur le geste d'Idrissa Gueye, le bras était décollé », a-t-il avancé comme argument.

Il sera vite contredit par le consultant Jonatan MacHardy qui, de son côté, a expliqué pourquoi il n'y a pas eu de penalty suite à la main d'Idrissa Gueye.

« L'arbitre ne siffle pas pénalty lorsque le ballon touche la main, mais a été auparavant dévié par une partie du corps d'un coéquipier. Autrement dit, si le Ballon avait touché un joueur Tunisien avant de toucher la main d'Idrissa Gueye, il y aurait eu un pénalty », indique ce consultant en se basant sur certains règlements.

« Au contraire l'arbitre ne sifflera pas lorsque le ballon touche la main ou le bras d'un joueur après avoir touché une autre partie de son corps ou le corps d'un autre joueur tout proche lorsque le ballon touchera une main bras collé au corps du joueur », ajoute Jonatan Mac Hardy.

Comme quoi, même le règlement ne permet pas de trancher aussi facilement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Top Sports

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.