Cameroun: Agriculture, énergie, télécommunications... - La SFI promet plus d'investissements

Sergio Pimenta, le vice-président de la société financière internationale, a été reçu vendredi dernier par le ministre en charge de l'Economie.

La coopération entre le Cameroun et la Société financière internationale (SFI) est « riche et dense ». Ces qualificatifs du ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (Minepat) sont justifiés par l'accompagnement de cette filiale du groupe de la Banque mondiale chargée du secteur privé dans les projets de développement du Cameroun. Elle soutient le projet de Nachtigal-Amont à hauteur de 20%, un projet d'envergure qui vise considérablement à réduire le déficit en énergie électrique au Cameroun. Son portefeuille actif au Cameroun s'élève à 228 millions de dollars (132, 6 milliards de F) d'investissements. Ainsi, la SFI sera davantage présente au Cameroun.

Sergio Pimenta, vice-président de la SFI pour l'Afrique et le Moyen-Orient l'a redit vendredi dernier au cours d'une rencontre avec le Minepat. « Nous nous sommes entretenus au sujet des interventions de la SFI dans le pays pour voir comment nous pouvons soutenir le développement des entreprises camerounaises et encourager les sociétés étrangères à investir. Nous avons soutenu un gros projet dans le secteur énergétique, notamment la centre hydroélectrique de Nachtigal, et voulons aller au-delà.», a affirmé Sergio Pimenta. Ainsi, les Pme et Pmi notamment dans l'entrepreneuriat féminin, vont bénéficier de l'assistance technique et financier l'institution financière. Le Cameroun de son côté, a présenté les secteurs dans lesquels l'investissement de la SFI sera d'un grand apport. « Dans le secteur agricole, nous voulons davantage produire, transformer localement et aussi mettre sur le marché national ces produits et si possible exporter.

Le faisant, nous sommes à même de satisfaire la demande intérieure et nous réduisons également les importations qui impactent notre balance commerciale. Nous voulons aussi poursuivre dans le secteur énergétique. Le potentiel hydroélectrique du Cameroun est important », poursuivra Alamine Ousmane Mey. Il se félicite par ailleurs de l'expansion du bureau régional de la SFI à Douala qui marque la volonté de l'institution de se rapprocher des clients, mais aussi d'apporter un accompagnement plus spécifique aux besoins.

A court terme, l'ambition est de renforcer le dialogue avec les partenaires privés, tout en lui trouvant des solutions innovantes. « Nous comptons augmenter nos opérations auprès des Pme et Pmi dans le secteur de l'agriculture, l'agroalimentaire. Nous avons aussi parlé du secteur des télécommunications », a indiqué Sergio Pimenta. Des fonds sont disponibles pour cela, a-t-il martelé avant de conclure que davantage sera fait au niveau du financement à long terme, ainsi qu'au niveau de l'assistance technique pour aider les bénéficiaires à améliorer leurs standards et créer des emplois.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.