Cameroun: Les silences de Paul Biya - Le RDPC Sangmélima et les Sociétés d'Etat en ébullition.

15 Juillet 2019

Paul Biya, président national du parti RDPC au pouvoir n'est plus prophète chez soi. Le siège de son parti fermé à Sangmélima, le socle naturel. Dans les sociétés d'Etat, les Directeurs font la résistance à ses décrets.

Y a-t-il encore un capitaine dans ce navire ? Les débats s'animent, les sujets s'amoncellent. Les silences deviennent assourdissants. La presse piaffe. Paul Biya est-il mal aimé chez soi ? À Sangmélima : « Le front anti-Biya s'installe ». D'après le journal L'Indépendant, fermeture de la maison du parti au pouvoir sur fond de boycott de la mobilisation destinée à l'accueil réservé au chef de l'Etat, de retour au bercail le 5 juillet dernier.

Acte de défiance ou révolte politique ? Le rapport du préfet du Dja et Lobo, adressé au président de la République. Le journal l'Avocat, souligne que « le maire défis le président national du Rdpc ». André Noel Essian interdit les réunions des militants et vient de fermer la maison du parti, malgré les injonctions de réouverture du Préfet.

Au dehors, les sociétés du portefeuille de l'Etat sont entrées dans la tourmente. Elles sont rattrapées par les trois importants décrets récemment signés par le Président de la République, décrets qui remettent les pendules à l'heure. Plusieurs directeurs généraux de société d'état, ayant largement dépassé neuf ans de magistère : Olivier Noel Mekulu Mvondo de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps, 15 ans) ; Adolphe Moudiki de la Société nationale des hydrocarbures (Snh,26 ans), Marie Claire Nnana de la Société de presse et d'édition du Cameroun (Sopecam, 16 ans) ; Yaou Aïssatou de la Société nationale des investissements (Sni, 16 ans).

Pour le journal Le Soir qui parle de Chamboulement dans les sociétés d'Etat : « 17 Pca et 7 Dg hors-la-loi ». Ils sont toujours en fonction et continuent à vaquer à leurs occupations avec quiétude. A en croire des sources bien introduites dans le sérail, le bal des consultations secrètes serait ouvert depuis quelques temps. Un chamboulement serait en vue, pour donner de la valeur aux récentes dispositions de la loi portant statut général des établissements publics et des entreprises publiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.