Cameroun: Transformation des légumes - Un procédé de conservation innovant

Présenté vendredi dernier au Mincommerce, le projet va permettre de rallonger de 24 mois la durée de conservation de ces aliments

L'appertisation est un procédé consistant en la stérilisation des produits naturels à l'abri de l'air, dans un contenant étanche, permettant de rallonger leur durée de vie de 24 mois. Ce procédé datant des années 1700 a été revu et présenté vendredi dernier à Yaoundé par un promoteur camerounais au cours d'une réunion que présidait le ministre de Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana. Ndolè, Follon et Kpem sont les produits visés par le promoteur, Jules Jonas Sepnop Mbelleck.

Selon lui, cette technique permet de stocker économiquement les aliments pendant près de deux ans sans que ceux-ci perdent leursvaleurs nutritionnelles. L'autre avantage est qu'ils ne sont conservés ni dans un réfrigérateur encore mois dans un congélateur et sont plus intéressants pour l'exportation. « Vu la quantité de production qu'on peut instaurer au Cameroun, on sera largement compétitif à l'extérieur. Cela peut rapporter beaucoup en termes de valeur ajoutée et de plus value », soutient Jules Jonas Sepnop Mbelleck. Il est donc question d'augmenter la production de ces légumes et former les jeunes à ce concept. Concernant le marché européen, l'initiateur du projet rassure.

Ayant déjà signé de nombreux contrats à l'extérieur, notamment en France où certains produits Made in Cameroon sont déjà commercialisés, les aliments visés pourront facilement faire leur entrée dans cet espace commercial. Pour le Mincommerce, cette initiative arrive à point nommé alors même que l'opérationnalisation de la Zone de libre échange continentale vient d'être enclenchée avec en perspective, un marché intérieur et extérieur important. « Le conditionnement de la transformation des légumes du terroir est une idée positive maintenant il faut se prononcer sur la faisabilité du projet avec l'appui de différentes administrations», a-t-il indiqué. Il faudra donc voir dans quelle mesure l'Etat peut accompagner ce projet. Concernant l'espace commercial, pas d'inquiétude à ce sujet, selon le ministre. Pour l'heure, le plus important étant la capacité d'approvisionnement et celle de production. Au bout de la chaîne, il faudra aussi résoudre les problèmes de l'emploi-jeune en offrant de multiples débouchés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.