Afrique Centrale: Libre circulation - Free entry pour les ressortissants de la CEMAC en Guinée Equatoriale

16 Juillet 2019

La Guinée équatoriale a entériné mardi la suppression des visas pour les ressortissants de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac), en application de l'accord conclu en 2013 sur la libre circulation en Afrique centrale.

"Tout ressortissant des pays de la Cémac (Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Guinée équatoriale, Tchad) peut désormais entrer sans visa en Guinée équatoriale, mais doit être détenteur d'un passeport biométrique", selon un décret. Le séjour ne doit pas dépasser trois mois, précise le décret lu à la télévision nationale guinéenne.

La Guinée équatoriale emboite le pas au Gabon, son voisin pétrolier, avec qui elle bloquait la mise en vigueur de la décision depuis 2013. Et au Congo-Brazzaville qui a entériné l'accord le 23 octobre.

Soulignons que si le projet sur la libre circulation en Afrique centrale a accusé du retard quant à son entrée en application, c'est parce que la Guinée équatoriale et le Gabon, deux pays pétroliers, craignaient une immigration massive et non contrôlée qui pouvait agir sur leur économie.

La CEMAC est composée du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo Brazzaville, de la Guinée équatoriale, du Tchad et du Gabon.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.