Congo-Kinshasa: Halte au bicéphalisme !

Le feu est loin de s'éteindre dans la scène politique RD Congolaise. En effet, Après "libérez mon peuple", le récent message des prélats catholiques à l'endroit des protagonistes qui détiennent le bateau de commandement de la nation, c'est au tour du Comité Laïc de Coordination -CLC- de refaire surface.

Cette structure de l'Eglise Catholique qui ne s'est pas exprimée depuis l'arrivée de Félix Tshisekedi au sommet de l'Etat, sort en effet de son silence pour exiger immédiatement la restructuration de la CENI et de la Cour constitutionnelle. Ces deux institutions auront été accusées de tous les péchés d'Israël, tout juste après les élections contestables survenues dimanche 30 décembre 2018, quoiqu'ayant abouties à la première alternance pacifique au sommet du pays.

Dans cette logique, le CLC exige en premier lieu la démission immédiate de tous les juges de la Cour constitutionnelle et la mise en place d'une juridiction spéciale composée des juges dignes, compétents et intègres. En cela, il ne jure qu'à un recensement général de la population. Mais à voir le décor planté dans l'arène politique pris en otage par la coalition FCC-CACH dont la cohabitation ne semble pas avoir les mêmes visions politiques, la demande du Comité Laïc risque par conséquent, d'engendrer de nouvelles crises.

Encore que, ces mêmes juges ont été nommés par l'ancien Président, Joseph Kabila qui semble avoir une main mise sur toutes les institutions. A ce propos, à en croire certains témoignages des observateurs assidus, depuis sa ferme de Kingakati, celui que l'opinion appelle "Raïs" continue à tirer les ficelles mettant même en difficulté le nouveau Chef de l'Etat Félix Tshisekedi en lui privant même d'un gouvernement, fort de sa majorité écrasante au parlement. Comme pour dire qu'il existerait un bicéphalisme présidentiel, caractérisé alors par deux palais présidentiels l'un à la cité de l'UA et l'autre à Kingakati.

Félix Tshisekedi dont le Gouvernement n'est toujours pas dévoilé passerai ainsi son temps à inaugurer les chrysanthèmes en lieu et place de se focaliser sur comment asseoir son pouvoir avec de grandes réformes économiques et sociales efficaces capables de répondre aux attentes de la population et aux multiples promesses faites lors de sa campagne électorale. Ainsi sera mis en marche la phrase célèbre de sa famille politique "le peuple d'abord". Au vu de toutes ces incertitudes, un dialogue en forme de réconciliation nationale deviendrait inéluctable. Et même en ce sens le bicéphalisme politique instauré par la coalition FCC-CACH prend seule la gestion de tous les secteurs sans la moindre cogestion avec la Société Civile, encore moins d'autres partis politiques. Et alors, à quand la fin de bicéphalisme ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.