Seychelles: Les Seychelles s'engagent à protéger la liberté des médias lors d'une conférence mondiale au Royaume-Uni

Les Seychelles se sont jointes aux autres pays pour s'engager dans la protection de la liberté des médias en signant une déclaration conjointe dirigée par le Royaume-Uni et le Canada en marge d'une conférence mondiale la semaine dernière.

Le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Barry Faure, a signé le document jeudi dernier en marge de la conférence mondiale sur la liberté des médias qui s'est tenue à Londres du 10 au 11 juillet.

«Les Seychelles reconnaissent cet engagement comme une promesse pris afin de défendre la liberté de la presse continuellement. Comme vous le savez, cela fait partie de notre culture et c'est inscrit dans notre constitution », a déclaré M. Faure à la SNA lundi.

La conférence a abordé la recrudescence des attaques contre la liberté des médias, considérées comme des atteintes aux droits humains des journalistes et des personnes travaillant dans des organisations de médias. Cela fait partie d'une campagne internationale visant à braquer les projecteurs sur la liberté des médias et à augmenter les coûts pour ceux qui tentent de la restreindre.

Le secrétaire d'Etat a déclaré à la SNA qu'il était nécessaire "de signer l'engagement en solidarité avec les journalistes qui ont été tués pour avoir fait leur travail. Ce bilan a augmenté au fil des ans et nous n'allons pas dans la bonne direction. C'est le moment pour nous d'agir. "

Les ministres et les représentants à la conférence ont convenu que la liberté des médias était la pierre angulaire de la démocratie et que sans elle, la prospérité et le développement économique seraient compromis.

M. Faure a déclaré que le gouvernement s'était engagé à inclure cet engagement dans tout ce qu'il faisait et cela montre que "nous nous affilions à ce mouvement international pour la défense des intérêts et de la liberté des journalistes".

L'engagement souligne que les médias font partie intégrante de la société et de la prospérité mondiales et que les citoyens ont besoin de médias libres pour leur fournir des informations précises et des analyses éclairées si l'on veut que les gouvernements rendent des comptes.

Il note également que les atteintes à la liberté des médias sont des atteintes aux droits de l'homme et promettent de faire en sorte que les populations de leurs pays respectifs puissent jouir de tous leurs droits et des avantages qu'ils apportent à la société. Les participants ont promis de s'exprimer et d'agir ensemble dans le cadre d'une coalition pour la liberté des médias.

Les Seychelles, un groupe de 115 îles de l'océan Indien occidental, se classent au 69e rang sur 201 pays dans le classement mondial 2019 de la liberté de la presse, progressant de 16 places par rapport à l'année dernière.

«Malgré ce classement, nous pouvons encore améliorer beaucoup de choses, notamment en ce qui concerne certaines dispositions de notre législation», a déclaré M. Faure.

Le classement des Seychelles est attribué à un certain nombre de mesures prises par la nation insulaire pour garantir la liberté de la presse, notamment la loi sur l'accès à l'information que le président Danny Faure a approuvée en juillet dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.