Ile Maurice: Trésor - Un nouveau mystère inquiète les Rodriguais

SI le trésor de St-François demeure un mystère en lui-même, depuis quelques jours d'autres interrogations ont surgi. Est-ce que le «coffre» se trouve toujours dans cette grotte ? La question est sur les lèvres de Rodriguais depuis que la Special Mobile Force (SMF) a diminué ses effectifs autour du lieu qui abriterait le trésor depuis samedi. Il n'y a que deux soldats armés qui gardent le lieu. Même le cordon empêchant tout curieux d'avoir accès au site a été enlevé. D'ailleurs, lors de la Private Notice Question du leader de l'opposition ce mardi 16 juillet, la question des fouilles sera abordée.

La donne a changé depuis. Les Rodriguais se sont rués pendant le week-end à St-François pour prendre en photo cette «grotte». Même le commissaire de l'Agriculture, Richard Payendee, qui a déclaré être prêt à se battre pour que l'île autonome conserve le trésor, s'est rendu sur place afin d'inspecter le lieu. D'après un témoin qui était présent samedi, les soldats ne se sont aucunement opposés à ce que les curieux regardent à l'intérieur de l'entrée de cette cave. «On peut même y voir la lumière du soleil éclairant l'entrée», rapporte-t-il.

Enlever les rochers ?

D'ailleurs, selon les différents clichés pris pendant les week-ends, la cavité ne ressemble plus à ce qu'elle était lors de sa découverte. La «tête de chimère» semble avoir disparu. Dans la photo publiée par l'express, l'image était certes de mauvaise qualité en raison d'un manque de lumière, mais on pouvait apercevoir un objet doré. S'exprimant sur les réseaux sociaux, Johnson Roussety, ancien chef commissaire, est parmi ceux qui croient que le trésor a été déplacé.

Par ailleurs, outre des visiteurs, des membres du Mouvement indépendantiste rodriguais (MIR) ont dressé un drapeau et des tentes en face de cette grotte, veillant nuit et jour. Selon Jocelyn Louis, dirigeant de ce regroupement, rien ne dit que le butin est toujours sur place en raison des traces des fouilles dans les environs, mais il garde espoir. «Les rochers obstruant cette grotte sont énormes. Je vois mal comment les enlever en l'espace d'une nuit. De plus, la présence de la SMF n'y est pas pour rien même si l'effectif est restreint», constate-t-il.

Les dirigeants du MIR croient comprendre que c'est en raison de la pression de la population que les soldats ont laissé l'accès ouvert au public. Ils resteront sur place tant que ce sera possible. «C'est un trésor qui appartient aux Rodriguais », insiste-t-il.

Du côté de l'Assemblée régionale de Rodrigues, la commissaire des Arts et la culture, Rose de Lima Edouard, affirme qu'il faudra d'abord régler le contentieux légal avant toute excavation. «Ce sont des experts qui doivent effectuer l'excavation. Nous sommes en pourparlers avec des archéologues pour faire le nécessaire. Si jamais il y a eu un trésor effectivement à Rodrigues, il a été découvert sur la propriété du gouvernement régional de Rodrigues. Il ne faut pas parler uniquement de sa valeur monétaire, mais le plus important c'est un patrimoine de Rodrigues. Il faudra le lier à l'histoire de notre île», maintient-elle.

D'ailleurs, il y a pratiquement peu d'informations en provenance de ceux ayant découvert ce trésor. Toutefois, ils ont pris note du fait que la SMF est moins présente sur le lieu et que des campeurs dorment désormais sur le site. Toutefois, la semaine dernière, ils disaient attendre le feu vert du gouvernement central avant d'effectuer les fouilles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.