Cameroun: Opération Halcomi - Plus de 4 000 ampoules de Tramadol saisies

Prise effectuée ce samedi 13 juillet à Douala par des douaniers qui ont également mis la main sur des boissons et des produits cosmétiques.

4250 ampoules de Tramadol injectable ont été saisies par les services de la douane camerounaise ce samedi 13 juillet à Douala, plus précisément vers le lieudit « Deux-Eglises », dans le 1er arrondissement. Selon des informations obtenues par CT, la prise a eu lieu à 4h du matin.

La cargaison, contenue dans deux cartons, venait du Nigeria voisin et était entrée au Cameroun par voie terrestre. Le même jour, aux alentours de 10h, une autre saisie a été opérée au lieu dit Ancien Collège des Travailleurs, non loin du marché Mboppi (toujours dans le 1er arrondissement). Bilan de ce coup de filet : cinq cartons contenant chacun 12 bouteilles de whisky Johnny Walker, « Black Label ».

Produits provenait dans ce cas-ci de la Guinée équatoriale, et entrés au Cameroun d'abord par voie maritime, avant que la cargaison n'emprunte la voie terrestre. Les deux saisies, il faut le rappeler, se déroulaient dans le cadre de l'opération dite Halcomi, entendu comme « Halte au commerce illicite », mise sur pied par les autorités camerounaises. D'après d'autres informations fournies par la douane, des prises ont également été effectuées, ce week-end toujours, à Kye-Ossi et à Kribi, dans la région du Sud. Du Tramadol et des centaines de produits cosmétiques de contrebande ont fini dans les filets de la douane.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.