Angola: BM signe un accord pour soutenir les privatisations

Luanda — Le Gouvernement angolais et la Banque mondiale ont signé lundi, à Luanda, trois accords, dont un lié au soutien à la mise en oeuvre du programme d'assistance technique remboursable (RAS) pour les réformes et les privatisations des entreprises publiques et des partenariats public-privés (PPP).

À cette fin, la Banque mondiale dispose de 5, 899 millions d'USD, qui serviront également à mettre en œuvre les actions ultérieures de ce programme.

Les accords ont été signés par le ministre des Finances, Archer Mangueira et le directeur de la Banque mondiale en Angola et à Sao Tomé-et-Principe, Abdoulaye Sech, récemment nommé par le Conseil d'administration de cette institution financière de Bretton Woods.

Parmi les accords signés figure également celui d'installation en Angola des bureaux de la Société financière internationale (IFC), de l'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) et de l'Association internationale de développement (IDA), des institutions du Groupe Banque mondiale.

Étant plus proches du monde des affaires angolais, ces institutions vont répondre plus rapidement aux demandes d'assistance technique ou financière des 18 provinces angolaises.

Un autre accord de 2 millions de dollars concernant les achats dans le secteur de l'énergie (PPA, sigle en anglais), un instrument destiné à renforcer le secteur de l'énergie, en particulier le Réseau national de transport (RNT).

Après la signature des accords, le ministre angolais des Finances les a considérés comme des outils très importants pour l'Angola, en particulier en ce moment où le pays traverse des réformes et cherche à diversifier son économie, avec la mise en valeur des entreprises nationales.

A son tour, le directeur de la Banque mondiale pour l'Angola et Sao Tomé-et-Principe, Abdoulaye Sech, a déclaré qu'il était très encourageant de voir les réformes en cours en Angola et de constater ce que le gouvernement mettait en œuvre au profit de la population, un exemple, que selon lui, pourrait être reproduit dans d'autres pays africains.

"Je suis heureux d'être ici aujourd'hui pour m'informer des réformes en cours en Angola, des défis qui se posent et étudier la manière dont la Banque mondiale peut soutenir les réformes dans ce pays", a déclaré Abdoulaye Sech, soulignant l'ouverture de bureaux de la IFC en Angola.

En Angola, l'IFC soutient l'esprit d'entreprise depuis 1987.

Actuellement, le financement disponible s'élève à environ 75 millions de dollars, a déclaré Katia Daude Gonçalves, représentante de l'IFC en Angola, lors d'une interview.

Sans préciser le nombre total de sociétés financées, elle a précisé que deux des accords d'assistance financière avait été signés avec certaines institutions bancaires, à savoir "Banco de Negócios Internacional" (BNI) et "Millennium Atlântico", cette dernière d'une valeur de 100 millions de dollars.

La construction de l'hôtel Hilton à Talatona, Luanda, est également financée par l'IFC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.