Burkina Faso: Décès de 11 gardés à vue - «Les conditions de détention et de commodité du violon pourraient avoir joué un rôle»

16 Juillet 2019

L'Unapol, qui dit s'être entretenu avec des détenus ayant survécu, avec les responsables de l'Unité antidrogue et les policiers de garde la nuit du drame, assure que «les conditions de détention et de commodité du violon (notamment d'hygiène, d'exiguïté du violon, d'aération dans le violon, d'absence de toilettes... ) ont été jugées très délétères par les gardés à vue et susceptibles de causer le décès de leurs codétenus».

Des «déviances comportementales» des occupants du violon auraient également été observées au cours de la nuit.

Par contre, l'Unapol dit ne pas avoir constaté de bavure.

Pour leur part, nos confrères de Libreinfo.net affirment que l'une des raisons de ces décès pourrait être le nombre élevé de détenus -au moins une trentaine- dans la cellule.

Les sources du site d'informations affirment que les détenus auraient suffoqué longtemps. Certains d'entre eux auraient tenté d'alerter la garde, mais ils n'auraient pas été pris au sérieux.

Le syndicat saisit l'occasion pour demander au gouvernement d'améliorer les conditions de détention dans les services de police en réfectionnant ou en construisant des salles de garde à vue et en dotant la police de moyens pour la prise en charge des détenus.

Tandis que le Premier ministre annonce que «des instructions fermes ont été données pour élucider cette tragédie inacceptable et administrer des sanctions», le syndicat des policiers, lui, presse l'exécutif «de ne pas prendre de décisions hâtives, ni s'ingérer dans la procédure en cours.»

Précisons que le commissaire de l'Unité antidrogue, Richard Bélem, a été relevé de ses fonctions à titre conservatoire, sur décision de la direction générale de la police du Burkina Faso.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.