Cameroun: L'Allemagne forme des gendarmes au maintien de l'ordre

16 Juillet 2019

La Bundeswehr a été dépêchée dans les régions en proie à l'insécurité pour renforcer les capacités de près de 500 gendarmes dans le maintien de l'ordre.

Une source au ministère de la Communication du Cameroun qui a requis l'anonymat apprécie à juste titre le soutien allemand. Mais ce n'est pas le cas du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, de l'opposant Maurice Kamto en prison. Le MRC craint que les formations dispensées par les officiers allemands viennent renforcer des éléments de force de l'ordre accusés de nombreuses violations des droits de l'homme.

"C'est un appui-formation d'abord aux gendarmes. Ce n'est pas une force combattante. Ce sont des gens appelés à maintenir l'ordre en zone rurale et zone semi-rurale. Donc je pense que toute proportion gardée, c'est une mission qui a sa raison d'être. Il faut également savoir que le gouvernement allemand est regardant en ce qui concerne les droits de l'Homme", explique le politologue Ibrahim Mouiche.

Réactions mitigées en Allemagne

Certains parlementaires disent ne pas avoir été mis au courant de cette initiative de la Bundeswehr. Ceux-ci soutiennent qu'un débat au Parlement fédéral (Bundestag) était nécessaire avant l'envoi de ces instructeurs au Cameroun.

"Pour le conflit dans le nord avec Boko Haram, je crois que c'est vraiment justifié. Entre temps, le conflit au sud-ouest, la crise anglophone a commencé à être violent. C'est bon que l'Allemagne ait maintenant terminé les entrainements des forces de sécurité", soutient le député Christoph Hoffmann du Parti libéral-démocrate allemand FDP.

"Il faut plutôt une issue politique à cette crise au Cameroun" suggère pour sa part Ulrich Delius, le président de l'Association pour la défense des peuples menacés, une des organisations de la société civile allemande.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.