Cote d'Ivoire: FENACMIS/Kandia Camara à Agboville - "Mettez l'école à l'abri des luttes d'intérêts..."

16 Juillet 2019

« Agboville, ville d'hospitalité légendaire nous ouvre son cœur et ses bras pendant ces phases finales du Festival national des arts et culture en milieu scolaire (Fenacmis 2019). La requête du ministre Bandaman Maurice qu'Agboville abrite cette fête culturelle a été exaucée.

Le défi de l'organisation a été relevé car le manque de Cafop et autres grandes écoles pour accueillir le millier de festivaliers était une préoccupation. Cependant, les élus et cadres ont trouvé des solutions innovantes pour pallier ce problème.

Je tiens donc à vous remercier. Permettez-moi de rendre un hommage à la Première dame, la marraine, représentée ici par l'honorable Mariam Traoré, la dame au grand cœur qui ne lésine pas sur les moyens d'apporter sa sollicitude aux enfants.

Je rappelle que le Fenacmis est un creuset pour l'entrepreneuriat, le brassage, la tolérance, la paix. Je demande donc à tous de mettre l'école à l'abri des luttes d'intérêts quels qu'ils soient... ».

Ces mots ont été prononcés par la ministre Kandia Camara le lundi 15 juillet 2019, à la salle des fêtes de la mairie d'Agboville. C'était lors de l'ouverture des phases finales de ce festival dont le lancement a eu lieu le 7 février 2019.

Elle a lancé un appel aux encadreurs, à la famille éducative et aux enfants. « Je vous invite à une grande rigueur dans la gestion des enfants placés sous votre responsabilité. Les enfants, soyez sages et respectueux des consignes qu'on vous donne », a-t-elle conseillé.

Notons que trois (3) sites d'hébergements accueillent les festivaliers, à savoir le collège technique, le lycée Eyémon et le collège Saint Ambroise de Grand Morié.

Aussi la salle des fêtes de la mairie et la place de la Paix reçoivent les compétitions en théâtre, grand journal, choral, danse, poésie, cinéma, photo, peinture, dessin, cuisine, tissage de pagne, web creativity (codage numérique).

Précisons qu'avant la ministre de l'Education nationale, les ministres Maurice Bandaman et Adama Bictogo se sont réjouis du choix d'Agboville. Ils ont exprimé leur reconnaissance et leur gratitude à la ministre et à la population.

« Agboville est une ville culturelle. Qui ne se souvient pas d'Aspro Bernard ? Alors Agboville est fier d'accueillir ce festival qui participe à l'édification de l'homme au-delà des acquis pédagogiques », a affirmé le ministre de la Culture et de la Francophonie.

Et d'ajouter: « La culture est le miroir de notre identité. Merci madame la ministre, vous êtes une femme qui aime ce qu'elle fait et qui aime tous les enfants... ».

Le maire N'Cho Acho Albert, parrain de la cérémonie, a dit des mots de bienvenue. Quant à Isaac Gnamba Guillaume, il a, au nom du Conseil régional, félicité la ministre car l'industrie culturelle est pourvoyeuse d'emplois et de richesses.

Enfin Fossou Francis, le commissaire général du festival, a donné le programme dudit festival et invité toute la population à y participer massivement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.