Togo: Les dessous du périple de Faure Gnassingbé

Le 03 Juillet 2019, le président togolais, Faure Gnassingbé était en RD Congo où il s'est incliné devant la mémoire du père de la démocratie, Etienne Tshisekedi. Quel est le véritable mobile qui a amené Faure Gnassingbé à faire le déplacement ? Voici la raison.

"Je m'incline devant la mémoire du père de la démocratie et lui rend hommage . L'Afrique lui sera toujours reconnaissante", Faure Gnassingbé.

C'est en ces termes que le président togolais Faure Gnassingbé parlait quand il s'inclinait sur le mausolée de l'opposant historique de la RD Ccongo, Etienne Tshisekedi saluant ainsi la mémoire du "père de la démocratie".

A son arrivée en RD Congo, Faure Gnassingbé a été accueilli à l'aéroport international de N'djili par son homologue congolais , Félix Tshisekedi avant d'être conduit au mausolée.

Couchant sa pensée dans le livre d'Or , il a écrit :"Au nom du peuple togolais et à mon nom propre , je m'incline devant la mémoire du père de la démocratie et lui rend hommage pour le combat qu'il a mené pour le bien de la RDC et pour son peuple.

L'Afrique lui sera toujours reconnaissante". Après cette partie folklorique, Faure Gnassingbé et son homologue, Félix Tshisekedi ont eu des entretiens. Sur quoi portent les entretiens ? S'il est difficile de le savoir, tout commence par se savoir dans les colonnes de Jeune Afrique.

On en sait un peu plus sur les raisons du déplacement de Faure Gnassingbé chez son homologue de la Kinshasa, Félix Tshisekedi. Si officiellement, ce déplacement est habillé autrement, les vraies raisons ne sont celles qui étaient servies du moins officiellement par les deux pays.

Faure Gnassingbé était en RD Congo pour jouer le rôle de conciliateurs entre Félix Tshisekedi, élu président et le candidat malheureux qui se réclame vainqueur de la présidentielle.

Selon nos confrères de Jeune Afrique, derrière la visite du président togolais, se cache le rôle de conciliateur entre le président congolais et son opposant, Martin Fayulu.

"Face aux tensions qui persistent entre le président Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, le président togolais Faure Gnassingbé, en visite à Kinshasa début juillet, en a profité pour jouer les conciliateurs entre les deux hommes", peut-on lire sur le site de jeune Afrique.

Ulcéré par l'invalidation de l'élection de vingt-trois députés et de deux sénateurs issus de la coalition Lamuka (regroupant les formations de Moïse Katumbi, de Jean-Pierre Bemba ou encore de Martin Fayulu) au profit de membres du Front commun pour le Congo (FCC), de Joseph Kabila, Félix Tshisekedi a demandé des explications au président de la Cour constitutionnelle le 17 juin.

Benoît Lwamba Bindu pourrait-il subir les foudres du président, qui estime que plusieurs juges ont été corrompus ?

« Ce n'est pas exclu, répond l'un de ses conseillers. Lwamba se défausse habilement sur d'autres membres de la cour, mais c'est lui leur patron et c'est lui qui a validé ces décisions iniques ».

Le 4 juillet, dix-neuf des vingt-trois députés ont été rétablis dans leurs fonctions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.