Afrique du Sud: Le pays rend hommage à Johnny Clegg

Johnny Clegg in 2007.

Chanteur, compositeur, danseur, Johnny Clegg a su marier les rythmes sud-africains avec les mélodies pop, et s'est servi de sa musique comme d'une arme contre le racisme et le régime de l'apartheid. En Afrique du Sud, il est considéré comme un héros national.

Lors d'interviews ou de concerts, Richard Nwamba, présentateur radio basé à Johannesburg, a régulièrement croisé le chemin de Johnny Clegg. Il se souvient de son courage, alors qu'il bravait les lois de l'apartheid. « À 17 ans, il a formé son groupe, Juluka. C'était comme défier directement le gouvernement de l'apartheid. Les Blancs vivaient d'un côté, et les Noirs de l'autre. Alors eux qui jouaient ensemble, c'était comme s'ils faisaient un bras d'honneur ! À cette époque, il faut se souvenir que tout pouvait arriver, il aurait pu être tué. »

Car Johnny Clegg ne s'inspirait pas seulement de la musique zouloue, mais aussi de sa culture dans son ensemble, dont il est tombé amoureux. « C'était un des premiers Blancs à vouloir jouer ce qui était considéré comme une musique "inférieure", de la musique noire. Mais il a rendu les langues noires respectables. Tout comme les danses, et la culture ! »

La musique comme arme contre l'apartheid

En 1987, il compose « Asimbonanga », une chanson en soutien à Nelson Mandela. Censurée en Afrique du Sud, Richard Nwamba se souvient comment elle est devenue une arme pour combattre le régime. « À travers la musique, il a rendu les gens conscients. Asimbonanga, en zoulou, veut dire "nous ne l'avons pas vu". Non seulement on a mis ce vieil homme en prison, mais en plus on a interdit la publication de photos de lui ! Cela montrait combien le gouvernement était répressif. »

Il prenait des risques. On a perdu quelqu'un qui a joué un rôle important en Afrique du Sud.

Les Sud-Africains en deuil

Né dans une famille d'immigrés, ce musicien réputé était en fait anthropologue de formation. Le philosophe Achille Mbembe, qui l'a rencontré à plusieurs reprises, se dit attristé par la disparition du musicien et du résistant.

Son passage marque la fin d'une époque.

Au cours de sa carrière, le chanteur a vendu plus de 5 millions d'albums. Il a arrêté de chanter après une longue tournée d'adieu, conclue quelques mois avant sa mort.

C'était un avant gardiste. Aujourd'hui, c'est un triste jour pour l'Afrique du Sud.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.