Sénégal: Vélingara - La première pierre d'un poste de santé de 137 millions CFA posée à Néma Taba

Néma Taba (Vélingara) — Le ministre secrétaire d'Etat chargé des Sénégalais de l'extérieur Moise Diégane Sarr a procédé mardi à la pause de la première pierre des travaux d'un poste de santé moderne à Néma Taba, pour un coût global de 137 millions de francs CFA dont 30% de la diaspora de la localité.

Ce projet cofinancé par l'Agence française de développement (AFD) et l'Union européenne (UE) à travers notamment le Fonds fiduciaire d'urgence, est à l'initiative des associations de la diaspora de Vélingara basées en France et en Espagne, avec le soutien technique de Projet d'appui aux initiatives de solidarité pour le développement

Outre les autorités administratives de la région de Kolda, l'ambassadeur de France au Sénégal Christophe Bigot et la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Dakar Irène Mingasson étaient également de la cérémonie.

Selon le secrétaire d'Etat Moise Sarr, "ce projet de construction et d'équipement d'un poste santé moderne devrait permettre une amélioration des conditions de vie des 1000 habitants de la commune de Néma Taba à travers ses 35 villages."

Le projet devrait également par ricochet atteindre les villages frontaliers de la Guinée-Bissau, de la Guinée et de la Gambie, a indiqué le secrétaire d'Etat chargé des Sénégalais de l'extérieur.

Moise Diégane Sarr se dit également "persuadé" que la réalisation d'un tel projet à "fort impact social" va contribuer au renforcement et au décongestionnement du district sanitaire de Vélingara qui coiffe quelque 400 mille habitants.

La cheffe de la délégation de l'Union européenne à Dakar, magnifiant le rôle des ressortissants de la localité qui ont contribué à hauteur de 30% à ce projet, a rappelé la nécessité d'aborder "la migration sous d'autres paradigmes."

"Aujourd'hui, nous devons faire en sorte que la migration ne soit plus vue comme un défi mais l'aborder sous l'angle d'opportunités qu'elle peut engendrer, au regard de ce que les migrants peuvent apporter au développement de leur pays d'origine", souligné Mme Mingasson.

L'ambassadeur de France Christophe Bigot a pour sa part noté "la transformation considérable que ce poste de santé pourrait avoir sur la vie des populations notamment dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile."

Christophe Bigot, dont l'une des dernières sorties officielles en tant qu'ambassadeur est ainsi réservée à cette région du Fouladou, a magnifié la contribution de la diaspora sénégalaise dans "la diversité culturelle et la richesse des débats en France mais également sa contribution dans le développement du pays d'origine".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.