Cote d'Ivoire: Restitution du rapport d'audit du Burida/Maurice Bandaman, ministre de la Culture et de la francophonie ( « Pardonnez, acceptez qu'on reporte »

La rencontre de restitution du contenu du très attendu rapport de synthèse de l'audit diligenté par l'Inspection générale d'Etat sur les supposées malversations financières au Bureau ivoirien du droit d'auteur (Burida) initiée par le ministre de la Culture, Maurice Bandama, a accouché d'une souris.

Et pour cause, le titulaire du département de la Culture a reculé. « Je propose que le président du Conseil d'administration du Burida commette un huissier pour venir authentifier et lire le rapport de synthèse qui sera envoyé au président de la République et au Premier ministre…Je veux être le plus transparent possible.

Je ne veux rien cacher. J'ai reçu l'autorisation du cabinet Mazar pour restituer la partie du rapport de synthèse portant sur les griefs des artistes (Détournement de 4 milliards Fcfa, mauvaise gestion, recrutement illégal de la directrice de Burida, 40 millions fcfa versés par le Burida au ministre, etc.).

J'étais prêt à vous partager le contenu » a-t-il soutenu avant de se reprendre plus loin. « J'ai demandé qu'il y ait un huissier. Il n'y a pas d'huissier. Pardonnez, acceptez qu'on reporte. Moi, je n'ai rien à cacher.

Moi je veux la paix, malgré les injures et les calomnies. Je suis le klwaba du ministère de la Culture.

Si j'ai fauté, je donnerai ma démission au président de la République » a-t-il déclaré laissant les artistes sur leur faim, livrés à eux-mêmes, sans voie de recours.

A propos de la demande de limogeage du Dg du Burida, il dira : « Je ne peux pas prendre cette décision en dehors d'un cadre sécurisé » a-t-il dit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.