Congo-Brazzaville: Enseignement technique - Près de 16 000 candidats affrontent les épreuves des concours directs

Les épreuves ont été lancées, le 16 juillet à Brazzaville, par le ministre de l'Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l'emploi, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint Eudes, qui a profité de l'occasion pour rassurer les étudiants de leur insertion.

Plus de quinze mille neuf cent cinquante candidats qui ont opté pour les filières administration, santé, et les futurs enseignants démarrent ce concours avec les épreuves de littérature. Par contre le deuxième jour, les sujets seront diversifiés pour les candidats selon les niveaux d'études et leurs filières. Néanmoins, ils affronteront, entre autres, les sciences de la vie et de la terre, les sciences physiques, la biologie ainsi que l'histoire et la géographie.

Les candidats travaillent dans des conditions de sérénité car à Brazzaville comme à l'hinterland, le ministère de l'Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l'emploi, s'est déployé pour assurer la quiétude. « Avec beaucoup de courage et de sérénité nous allons aborder l'épreuve de français pendant quatre heures», a précisé Marvine Nzoussi, candidate au concours de l'Ecole normale des instituteurs (Eni).

Sur un effectif de plus de quinze mille neuf cent cinquante candidats sur l'ensemble du territoire, la ville de Brazzaville compte neuf mille huit cent candidats pour trente-cinq centres d'examen. Les villes comme Pointe-Noire, Owando et Dolisie compte trois centres chacune, Madingou en a quatre et un centre pour les chefs-lieux de départements.

« Nous avons plus de candidats cette année. Ils sont en majorité jeune. Et, cela prouve à suffisance qu'ils veulent être bien formés pour postuler à la bonne gestion de l'administration demain. A Brazzaville, chaque centre compte plus de trois cent vingt candidats », a expliqué Joseph Moukila, directeur des examens et concours techniques et professionnels.

Les admis au concours directs seront orientés dans différentes écoles de formation, notamment : l'Eni, l'école paramédicale, médico-sociale, l'école nationale des eaux et forêts , l'École normale moyenne d'administration, l'École nationale des beaux-arts.

« Nous ne pouvons pas atteindre le développement économique sans ressources humaines de qualité. C'est pour cela, le gouvernement tient à ce que vous soyez bien formé et que vous réussissez. Les intégrations et autres, le gouvernement s'en occupera », a assuré le ministre Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint Eudes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.