Burkina Faso: Réhabilitation route du SIAO - La circulaire fera peau neuve dans 35 mois

Après la réfection intervenue en septembre 2016, le président du Faso a procédé le mardi 16 juillet 2019 au lancement des travaux de reconstruction et d'élargissement de la rocade sud-est du boulevard des Tansoba, la circulaire, communément appelée route du SIAO.

Ce chantier, long de 6,97km et dont les travaux dureront 35 mois, coûtera 30 milliards de francs CFA. La réhabilitation de la voie est un don du Japon.

Pleine de nids-de-poule, la voie reliant les deux échangeurs (échangeurs de Ouaga 2000 et de l'est) était à un moment donné impraticable. Il a fallu la réfectionner en septembre 2016 pour permettre à ses usagers de rouler aisément.

Avant le lancement des travaux de réfection, d'aucuns avaient déclaré que c'était mieux que le gouvernement contractât un prêt pour donner une peau neuve à la route au lieu d'utiliser le don que lui offrait le Japon pour juste la réfectionner.

Le débat sur la question allait dans tous les sens. A l'époque, le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, avait dit que c'est simplement « une polémique entre Burkinabè ». Le temps lui a donné raison. Le Burkina Faso n'avait pas perdu le don japonais.

La preuve, devant des membres du gouvernement, la population bénéficiaire et l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Burkina Faso, Tamotsu Ikezaki, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a procédé le 16 juillet dernier au lancement des travaux de réhabilitation de la rocade sud-est du boulevard des Tansoba.

Long de 6,97km, le tronçon comportera une chaussée de 2x2 voies de 3,50 m de largeur chacune, une piste cyclable de part et d'autre de la chaussée, de 3,50 m des trottoirs de 2 m, des ouvrages d'assainissement et un terre-plein central de 4 m.

Les travaux seront effectués par Dai Nippon Construction, une entreprise japonaise. Cette entreprise sous-traitera avec SOGEA SATOM.

L'exécution du présent projet, selon l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Burkina Faso, sera une occasion de transfert de technologie au profit des entreprises burkinabè.

Il a assuré la population qu'à l'issue du projet, les bouchons, qui sont courants sur cet axe pendant les heures de pointe, deviendront un lointain souvenir.

« La route, à la livraison, sera moderne, reflétant les objectifs du Burkina de développer des projets structurants et de renforcer les échanges avec les pays voisins, en ce sens que la rocade sud-est est une passerelle vers les axes routiers conduisant au Niger, au Togo et au Bénin ».

D'un coût de 30 milliards de francs CFA, le tronçon, une fois réhabilité, a assuré l'ambassadeur, permettra à Ouagadougou de respirer à pleins poumons, car sans un réseau routier développé, le pays étouffe, et son développement économique tourne au ralenti.

Les travaux s'exécutant en 35 mois, il a invité les usagers de la route à la patience et surtout à se soumettre aux consignes de sécurité.

Convaincu que l'infrastructure sera une œuvre de bonne facture, l'ambassadeur est prêt à relever tout défi tendant à la comparer avec celles réalisées à la même période 5 ans après sa réalisation. « Vous réaliserez que la qualité et la durabilité des infrastructures sont une marque déposée japonaise ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.