Burkina Faso: Célébrations Journées internationales - Et les serpents s'invitèrent dans la danse !

«Vous n'avez pas vu mon serpent ?» La scène, surréaliste mais authentique, s'est une fois passée quelque part dans l'ouest du Burkina, où un vénérable vieillard faisait le tour des concessions à la recherche du reptile qu'il a adopté et qui a quitté le domicile familial sans crier gare.

De quoi laisser les auditeurs pantois. Si seulement ces derniers savaient que le 16 juillet de chaque année est célébrée la Journée mondiale des serpents, ils seraient peut-être plus compatissants.

L'origine de cette journée reste quelque peu obscure, mais des passionnés la font vivre d'année en année.

La fascination ancestrale des sociétés humaines pour ces créatures incomprises est peut-être à mettre en avant ici, et la journée à elles consacrée pourrait être comprise comme une juste reconnaissance de la gent serpentine.

Du reste, si l'on se fie en effet aux utilisations de leur venin dans la fabrication de remèdes modernes, la journée qui leur est dédiée n'est que méritée.

Toxique dans la nature, ce liquide mortel est un ingrédient miraculeux pour les pharmacologues, qui en utilisent certaines molécules non seulement dans les produits antivenimeux mais aussi la composition de médicaments contre l'hypertension ou le diabète, entre autres.

Malgré tout, quelle idée a-t-on de dédier 24 heures à cet animal qui peuple nos plus vilains cauchemars ? Sous nos tropiques et même presque partout, son destin le plus normal reste la mort par lapidation.

Ses tueurs savent-ils seulement que le prix du gramme de son venin varie entre 200 euros (131 000 FCFA) et 5 000 euros (3 275 000 FCFA) ?

Une raison supplémentaire pour que ces crotales, najas, mambas et mocassins à tête cuivrée trouvent grâce aux yeux des herpétologues, ces spécialistes des reptiles, et autres passionnés, et le sifflement de ces bêtes qui semblent maudites depuis Adam et Eve doit résonner comme mélodies des plus entraînantes.

Mais il faudra certainement plus d'une journée pour réhabiliter cet animal et pour que les gens puissent se défaire de leurs peurs ancestrales qu'il inspire.

Aux journées dédiées à des thématiques plus sérieuses par le système des Nations unies s'ajoutent celles plus anecdotiques que sont, entre autres, les Journées internationales de l'amitié (30 juillet), sans pantalon (13 janvier), du sommeil (13 mai), du bonheur (20 mars).

Nous sont aujourd'hui nées les 24 heures dédiées à nos amis à la langue bifide. D'ici là, l'on ne serait pas étonné de vivre la journée mondiale des cafards, pour peu que ces bestioles trouvent un peu de grâce aux yeux de certains.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.