Congo-Kinshasa: Chemin de la Croix

«Les alliances se font et se défont ». C'est l'une des règles d'or en politique, quoiqu'elle frelate, de fois, le dynamisme autant prôné, pour favoriser une certaine versatilité à outrance.

Voilà, après le 11 novembre à Genève où la genèse de Lamuka a été perturbée avec le départ, bien qu'accouchant de la magistrature suprême, de Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi, le microcosme politique connaît un nouveau bing-bang, avec, cette fois, la suspension suivie de l'exclusion entérinée par l'autonomie de Modeste Bahati Lukwebo du Front Commun pour le Congo (FCC) que dirige l'ex-Chef de l'Etat, Joseph Kabila Kabange. Epris du besoin de faire valoir ses ambitions dans la direction du Sénat, le professeur Bahati, évincé par Alexis Thambwe Mwamba à qui l'autorité morale du FCC a porté son dévolu pour le perchoir de cette institution, se trouve entrelacé entre des tirs non pas seulement de son désormais ancienne plateforme mais aussi d'une "dissidence" de son regroupement politique.

Point n'est besoin de rappeler qu'il a été, en amont crucifié, par la conférence des présidents de cette coalition, pour s'être déclaré candidat dans cette bataille de la Chambre haute du Parlement, eu égard au choix de Thambwe Mwamba opté par Kabila Kabange, conformément à son pouvoir discrétionnaire. Cependant, en plus de cela, certains des élus et membres de l'AFDC-A, dans une déclaration faite le mardi 16 juillet, l'ont porté en holocauste, en l'excluant du regroupement, tout en désignant Néné Nkulu Ilunga, en tant que présidente de l'AFDC-A et leur représentante au sein de la conférence des Présidents du Front Commun. Au-delà de cela et tel un jeu de ping-pong, la réplique made in Bahati Lukwebo ne s'est faite pas attendre.

Il ne s'agit que d'une politique de débauchage et de dédoublement orchestrée par les caciques du FCC qui se sentiraient menacés par sa candidature comme Président du Sénat, a, illico presto, réagi le professeur Bahati, au cours d'une conférence de presse animée le même mardi 16 juillet. D'ailleurs, se déclarant autonome et se contrebalançant de tous les embrouillaminis qui l'opposeraient au FCC, il a consacré la naissance de sa plateforme politique AFDC-A qui, dorénavant, évoluera aux côtés du CACH et Lamuka, à l'instar de son ancienne demeure du FCC. Ce dernier qui, en revanche, sous-tend compter toujours dans sa parcelle une maison dénommée AFDC-A dans laquelle quelques membres ont été simplement délogés.

Et donc, la fronde que Bahati conteste s'enracine et s'officialise. D'où, un autre combat est de s'affirmer, tant sur le plan politique que légal, comme le vrai et véritable regroupement. Tel est le chemin de la croix de cet ancien Ministre d'Etat car, la bataille est loin d'être finie. Il reste à observer si l'AFDC-A de Bahati finira par se confirmer, à l'image de Jésus -Christ qui a réussi à sauver des vies après un long chemin de la croix qui lui aura valu même la crucifixion.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.