Congo-Kinshasa: Envoyés en chômage forcé - Les journalistes de la RTVS 1 vont déposer un mémo à la présidence

Au cours d'une conférence de presse tenue mardi 16 juillet 2019, les journalistes de la RTVS1 ont délié leur langue pour réclamer la reprise du signal de leur chaîne de télévision. C'est depuis le 29 juin dernier que ce média d'Adolphe Muzito est fermé pour des raisons non encore élucidées, à en croire son Directeur administratif et financier, Tshitshi Tshilambu.

Auparavant, ces journalistes avaient battu le macadam pour obtenir gain de cause, sans succès, car la marche pacifique organisée avait fini en queue de poisson, réprimée par les éléments de la PNC. Ces hommes et femmes de la presse, sollicitent du Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, son implication personnelle pour regagner leurs postes de travail. C'est pourquoi, ils comptent déposer un mémorandum à la présidence de la République ce vendredi 19 juillet.

RTVS1 n'est pas Lamuka

«Nous voulons travailler car la RTVS1 n'est pas Lamuka », avait lancé d'un ton sévère le financier de la RTVS1, Tshitshi Tshilambu, parlant de l'interruption brusque du signal de leur média, chose qui préjudicie à ce jour leur travail. Dans son mot, Tshilambu a laissé entendre que les rumeurs qui circulent sur la toile, selon lesquelles la RTVS1 serait entrain de manquer littéralement et délibérément du respect aux autorités du pays, étant donné que c'est un média des opposants, plus particulièrement de Lamuka, seraient fausses. Ces allégations ont été rejetées par le Directeur financier de la RTVS1. «Nous sommes un média comme tous les autres et pendant la campagne électorale, nous avions laissé passer toutes les tendances politiques. On nous reproche d'avoir fait passer une émission 100% Lamuka qui offense les autorités. Cette émission n'est pas un programme de la chaine, ce sont plutôt des partisans de Lamuka qui ont sollicité notre espace et ce qu'ils pouvaient dire n'engageait qu'eux même, pas la chaine», a éclairé Tshitshi Tshilambu qui ajoute que "la RTVS1 n'est pas Lamuka".

Implication de "Fatshi"

Dans cette optique, le Directeur financier de la Chaine de Muzito a également déclaré que des recours avaient été introduits au CSAC, qui est l'organe régulateur des médias. Fort malheureusement, leur requête tarde à trouver une solution. Dans l'entretemps, des pères et mères des familles continuent à broyer du noir, dans le chômage, insiste-t-il. «Cette situation si ridicule ne rencontre pas les aspirations du Chef de l'Etat qui, lors de la journée mondiale de la liberté de la presse avait promis de faire de la presse un véritable quatrième pouvoir. C'est pourquoi, il doit s'impliquer personnellement pour remédier à cette situation», revendiquent les journalistes de la RTVS1. Et ce, avant d'ajouter : « Le Président Félix est un père de famille, et en tant que tel, il doit comprendre combien nous subissons en ces temps qui courent sans emploi... il doit vraiment agir vite et ne pas gâcher son image d'homme de droit, nous avons donc confiance en lui et pensons qu'après ce message devant la presse, il nous suivra et nous donnera une solution immédiate et durable ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.