Cameroun: Arnaque et tentative d'escroquerie foncière - Un cadre de Soacam se fait berner au quartier Famla II

17 Juillet 2019

Bafoussam- Ayant versé de l'argent à une faussaire nommée Tchatchouang Marie-Chantale, le collaborateur de Nana Bouba Djoda ne sait plus à quel saint se vouer.

Victime d'escroquerie orchestrée par une certaine Tchachouang Marie-Chantale, réputée «arrogante et de mauvaise moralité », ce cadre de Soacam (Société alimentaire du Cameroun) n'en revient pas. Il crie son indignation et tient à occuper en marge des lois de la république et des coutumes de la région, le lot en question. Car selon ses lamentations, il aurait versé une importante somme d'argent à Tchatchouang Marie-Chantale qui est engagée à brader ce lot par tous les moyens, et pourtant selon les riverains, elle ne dispose ni droit ni titre pour le faire.

Le mardi 16 juillet 2019, le cadre de Soacam a été signalé une fois de plus au niveau du lot 263 du titre foncier N°8543/Mifi. Un espace qui selon les dires des riverains a été mis en valeur par sieur Nzeukou depuis le début des années 1950, à l'aube de l'urbanisation de la ville de Bafoussam. Cette famille est aujourd'hui représentée par sieur

Fotso né au mois juillet 1946 à Bafoussam. D'ailleurs, en date du 11 juin dernier, celui a saisi le délégué départemental des domaines et des affaires foncières de la Mifi à travers une correspondance dans laquelle il dénonce « une opération frauduleuse du lot n°263 » menée en date du mardi 04 juin 2019 par cette équipe de faussaires conduits par cette Tchatchouang Marie-Chantale. «Ils sont arrivés sur le terrain avec des appareils topographique. Ils ont fait leur cinéma. Aucun voisin n'a signé le document présenté. Et ce n'est pas la première fois. Depuis le mois de septembre 2018, ils ont multiplié des démarches similaires », rapporte une voisine. Celle-ci s'offusque de l'attitude du cadre de Soacam qui malgré les interpellations sur la nature frauduleuse de cette transaction s'est obstiné à vouloir dealer avec cette Tchatchouang.

En rappel notons que pour berner ces victimes, Tchatchouang Marie-Chantale dit détenir un titre foncier sur l'espace en question. En fait, selon certains, elle se pavane partout muni d' « un faux document ». Et pourrait être poursuivie pour « faux et usage de faux ». Ce collaborateur de Nana Bouba Djoda à qui elle croit céder cet espace n'est d'ailleurs pas sa première victime.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.