Cameroun: Manifestations de la « brigade antisardinards » - Encore une réaction de désapprobation

La communauté Centre, Sud et Est de Douala a remis une déclaration au gouverneur du Littoral dimanche.

Le 14 juillet dernier, le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Ivaha Diboua, a reçu dans ses services, une délégation de ressortissants du Centre, Sud et Est résidant dans le département du Wouri. La délégation, sous la conduite du député Joseph Hyacinthe Owona Kono, a remis au gouverneur une déclaration de soutien et de déférence, adressée au président de la République, Paul Biya, suite aux incidents survenus durant son récent séjour à Genève, en Suisse.

Dans cette lettre, il est demandé d'agir selon les lois camerounaises contre les compatriotes qui prônent l'épuration ethnique lancée en direction de certaines tribus via les réseaux sociaux, de mettre un terme aux injures et propos haineux qui ternissent l'image du pays. « Nous condamnons la déstabilisation des institutions de notre pays, tout acte de barbarie, de chaos et anti-démocratique. Chaque Camerounais doit être responsable des actes posés », a précisé le sénateur Marcelline Zogo, lisant la déclaration. Le groupe a reconnu tous les efforts faits par le chef de l'Etat, garant des institutions du Cameroun.

En réponse à cela, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua s'est dit heureux de voir, à la suite des ressortissants de l'Ouest et du Grand Nord, ceux du Centre, Sud et Est dire non à la « brigade antisardinards ». « C'est une communauté très ouverte et je suis sûr que dans chaque village se trouve une représentation du Cameroun », a relevé le patron de la région du Littoral. Il a ajouté que le combat de la tribu ne doit jamais passer par le Centre, Sud et Est. « La paix du Littoral et de Douala est le fruit des efforts de cette communauté, car c'est elle qui décourage tous ceux qui veulent détruire le pays... Vous êtes des ambassadeurs de la paix, je dois compter sur vous. Il faut être mobilisés pour défendre notre panier d'œufs », a-t-il dit en guise de conclusion.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.