Congo-Kinshasa: "Il faut une sensibilisation très forte pour finir avec Ebola" (Mayombo Omari )

17 Juillet 2019

L'ancien député provincial estime que la propagation de la maladie à virus Ebola est favorisée par une négligence et une erreur d'appréciation. 1.668 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie.

Les équipes médicales ne parviennent toujours pas à endiguer l'épidémie. Elles sont confrontées à la défiance de la population et à la cupidité des milices armées.

L'Organisation mondiale de la santé doit tenir ce mercredi 17 juillet une réunion d'urgence. Il devrait être question d'évaluer la situation et voir s'il faut élever l'épidémie au rang d'urgence de santé publique de portée internationale.

Cette nouvelle rencontre, intervient après la mort du pasteur congolais qui a contracté la maladie d'Ebola à Butembo dans l'Est de la République démocratique du Congo.

L'homme a été déclaré positif à Goma, devenant ainsi le premier cas enregistré dans cette métropole de la province du Nord Kivu. Depuis le début de l'épidémie, le cumul des cas est de 2.501, dont 2.407 confirmés et 94 probables. Il y a eu, au total 1.668 décès (1.574 confirmés et 94 probables) et 700 personnes guéries.

Pour l'ancien député provincial, Mayombo Omari, également directeur général des "Radios francophones des Grands Lacs", partenaire de la Deutsche Welle, les résistances des populations face à la vaccination ainsi que contre les modes d'enterrement qui évitent les contacts avec les fluides contagieux des défunts sont des facteurs qui favorisent la propagation du virus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.