Congo-Kinshasa: L'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale

Photo: Croix-Rouge finlandaise/Maria Santto
Rinçage des équipements de protection contre le virus Ebola à Beni, en République démocratique du Congo.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré ce mercredi 17 juillet l'urgence sanitaire mondiale en raison de l'épidémie d'Ebola en RDC qui a tué 1 668 personnes depuis l'été dernier. Une alerte donnée après le décès du premier cas détecté dans une métropole, à Goma, deuxième ville du pays au carrefour des Grands Lacs. Alors à quoi correspond cette urgence sanitaire mondiale ?

La décision de déclarer une urgence de santé publique à portée internationale est prise par un collège d'experts de l'OMS. Pour cela, l'Organisation mondiale de la santé prend en compte plusieurs critères au premier rang desquels le risque de propagation du virus à l'international.

Dans le cas de la fièvre hémorragique Ebola, cette déclaration d'urgence sanitaire mondiale traduit donc l'inquiétude des experts de voir la maladie se propager dans d'autres pays.

Un patient est décédé lundi pendant son transfert de Goma vers Butembo. La ville de Goma, qui compte 1 million d'habitants, est en effet située sur la frontière avec le Rwanda. Son aéroport international est par ailleurs très connecté à Kinshasa ou encore Addis Abeba.

Le directeur général de l'OMS a déclaré qu'il « était temps pour le monde de prendre acte » de l'épidémie, mais il a recommandé que les frontières de la RDC avec ses voisins restent ouvertes.

Dès à présent, suite à cette alerte mondiale, les 196 pays signataires du règlement sanitaire international vont devoir renforcer leur surveillance du virus Ebola à l'intérieur de leurs frontières, mais également dans leurs aéroports et ports maritimes avec des contrôles systématiques des passagers.

C'est la cinquième fois depuis 2005 qu'une urgence sanitaire mondiale est lancée par l'OMS.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.