Afrique: Ebola déclarée urgence sanitaire mondiale

Photo: Croix-Rouge finlandaise/Maria Santto
Rinçage des équipements de protection contre le virus Ebola à Beni, en République démocratique du Congo.
18 Juillet 2019

Les experts du Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réunis en urgence mercredi, ont relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale.

Réunis en urgence mercredi 17 juillet, les experts du Comité d'urgence de l'OMS ont élevé l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale. Une décision rare prise après la mort d'un premier cas à Goma, ville de près de deux millions d'habitants de l'est de la République démocratique du Congo.

Le pasteur touché par la maladie est décédé en début de semaine. Goma se situant à la frontière avec le Rwanda, la ville disposant de nombreuses liaisons aériennes, les experts craignent désormais une contamination plus large. La durée de l'épidémie, commencée depuis près d'un an, en août 2019, a aussi joué dans la décision des experts. Ils avaient jusque-là -et encore lors d'une réunion en juin- refusé de déclaré l'épidémie comme urgence sanitaire mondiale.

Du côté du ministère de la santé congolais, le ministre Oly Ilunga insiste sur le fait que pour eux, Ebola est une urgence de santé publique depuis un an et que cela ne va rien changer la stratégie de risposte sur le terrain.

Les frontières restent ouvertes

Si l'urgence sanitaire mondiale est déclarée, l'OMS insiste : elle ne souhaite pas fermer les frontières. Le commerce et les déplacements, notamment avec les pays voisins, sont très nombreux dans la région. Interdire aux personne de circuler pourrait s'avérer contre-productif, au cas où certains choisiraient d'éviter les passages "officiels".

Appel à la communauté internationale

Réagissant à cette décision, le ministre de la santé congolais, le Docteur Oly Ilunga Kalengar, s'est montré prudent, voire sceptique. "J'éspère que cette décision n'est pas le résultat des nombreuses pressions de différents groupes (...) qui voulaient utiliser cette déclaration comme une opportunité pour lever des fonds pour les acteurs humanitaires", a-t-il écrit dans un communiqué.

De son côté, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé à la communauté internationale de "redoubler d'efforts". L'OMS déplore notamment des retards dans le financement de l'aide. Sur place, l'organisation admet une pénurie de vaccins. L'épidémie a déjà tué 1.668 personnes depuis le 1er août 2018.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ebola

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.