Congo-Kinshasa: Les enfants particulièrement touchés par Ebola en RDC

Photo: Croix-Rouge finlandaise/Maria Santto
Rinçage des équipements de protection contre le virus Ebola à Beni, en République démocratique du Congo.
17 Juillet 2019

Jamais auparavant les plus petits n'avaient autant été frappés par le virus Ebola. Ils représentent près d'un tiers des victimes.

Près de 1700 morts depuis un an. Le biland e l'épidémie d'Ebola, qui sévit depuis près d'un an, ne cesse de s'allourdir en RDC. Et parmi les victimes, on compte de nombreux enfants. C'est même une situation inédite. Si Ebola avait déjà frappé à la RDC, jamais les plus petits n'en avaient autant subit les conséquences. La porte-parole de l'UNICEF recensait 750 cas le 7 juillet. "Cela représente 31 pour cent du total des cas, contre environ 20 pour cent lors des précédentes flambées", explique-t-elle. Parmi tous ces cas, 40% concernaient même des enfants de moins de cinq ans.

Des enfants qui guérissent moins bien que des adultes. Alors pour faire face l'UNICEF appelle à faire davantage encore de prévention. "Les agents de santé doivent être dotés de la capacité et des ressources nécessaires pour mettre en œuvre des mesures de prévention et de protection de base contre les infections", plaide Marixie Mercado. "Et deuxièmement : nous devons faire davantage de prévention à grande échelle contre toutes les autres maladies auxquelles les enfants sont confrontés : la rougeole, le paludisme, le choléra, leurs principaux problèmes nutritionnels."

Problème aussi : en cas de contamination, les médicaments ne sont pas toujours disponibles. Même si ce sont parfois les mêmes que ceux des adultes à des doses différentes. Résultat : le taux de mortalité est plus important chez les enfants.

Mesure de prévention dans les pays voisins

Et aujourd'hui avec la propagation du virus, l'Organisation mondiale de la santé craint que la situation ne s'aggrave encore, notamment dans les pays frontaliers. Des mesures ont donc déjà été prises. "Ce que nous avons pour les pays voisins de la RDC, ce sont des plans de préparation, pour neuf pays autour", explique Fadela Chaib, la porte-parole de l'OMS. "Ce que nous faisons, c'est envoyer des équipes pour travailler avec les autorités nationales, afin de vérifier leur niveau de préparation. Par exemple, ils vérifieront s'ils ont la capacité de tester les cas d'Ebola dans leurs laboratoires."

Des tests indispensables. Plus la maladie est prise en charge tôt, plus les chances de guérison sont importantes. En attendant, les drames provoqués par le virus se multiplient pour les plus jeunes. Fin juin, l'UNICEF venaient en aide à 2.800 enfants orphelins ou séparés de leur parents à cause de la maladie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.