Togo: Les éradicateurs sont arrivés à Lomé

17 Juillet 2019

Plus de 160.000 hectares de maïs ont été gravement endommagés par l'invasion d'un insecte nuisible sur les principales cultures vivrières et cela pour la seule campagne agricole 2018-2019.

Cet insecte a un nom, la chenille légionnaire d'automne, encore appelé Spodoptera frugiperda.

Avec le concours de la Banque africaine de développement (BAD), la FAO vient au secours des agriculteurs togolais.

Des éradicateurs, membres de l'organisation onusienne, forment depuis mercredi à Lomé une quarantaine d'experts sur la lutte contre ce fléau qui seront à leur tour chargés de former des spécialistes.

La session comprend différents ateliers très concrets : comment reconnaître le ravageur, sa biologie, son milieu de prédilection et les méthodes pour l'éliminer.

La chenille légionnaire d'automne est un insecte qui est originaire des régions tropicales et subtropicales des Amériques.

Elle s'attaque de préférence au maïs, mais peut se nourrir de plus de 80 espèces de cultures, notamment le riz, le sorgho, le millet, la canne à sucre, les cultures maraîchères et le coton.

Elle a été détectée pour la première fois en Afrique Centrale et en Afrique de l'Ouest début 2016 et s'est propagée rapidement dans pratiquement toute l'Afrique subsaharienne.

A cause des échanges commerciaux et du fait de sa forte aptitude à voler, le papillon peut augmenter le risque de propagation.

Raison pour laquelle, les agriculteurs doivent être soutenus.

C'est ce que fait la FAO qui a lancé un programme quinquennal en vue d'aider les petits exploitants agricoles, leurs organisations, leurs institutions publiques, les gouvernements et les partenaires du développement à réagir rapidement face aux défis.

La FAO joue un rôle important dans la coordination des activités, des plans et des approches des partenaires en vue d'apporter des solutions durables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.