Cameroun: Fecafoot - Tombi A Roko rompt enfin.....le silence

18 Juillet 2019

A la faveur de son " exclusion à vie de toute activité liée au football" prononcée le 11 juillet dernier par la commission d´Ethique de la Fecafoot, Tombi A Roko a décidé de rompre le silence par le biais de son conseil, Me Sylvain Rodriguez Amombo.

Depuis sa démission de la présidence de la Fecafoot en août 2017, Tombi A Roko Sidiki s´était "abstenu de toute déclaration"camer.be, car " soucieux de la préservation de la paix, de la concorde et de l´unité nationale promues par les plus hautes autorités de l´Etat", révèle Me Amombo dans sa mise au point du 17 juillet dernier, relative à la sanction infligée à son client par la commission d´éthique de la Fecafoot.

Présentée en 06, (six) points, la mise au point dénonce "la volonté affichée des exécutifs successifs á la fecafoot depuis la dernière Normalisation de ternir l´image de son client", mais s´appuie abondamment sur les textes juridiques qui régissent la Fifa,Caf, Unifac et Fecafoot.

Ainsi, alors que le point 1 dénonce la violation du principe de la non rétroactivité des lois en ceci que " les faits invoqués par cette instance juridictionnelle sont antérieurs à la date d´entrée en vigueur de ladite commission et du code Ethique" lui-même, le point 2 quant à lui déplore le fait que la demande introduite par Tombi A Roko est non seulement "restée lettre morte", mais par ricochet, est restée sans motivation, violant ainsi l´article 57 du code d´éthique de la fecafoot qui stipule que " les délais fixés par la commission d´Ethique peuvent être fixés sur demande".

Si le point 3 dénonce la publicité faite autour de cette sanction (large diffusion radio-presse), le point 4 relève le défaut de qualité de la commission d´Ethique puisque" seul le secrétaire général de la Fecafoot est habilité á publier les décisions prises" par ses organes ; le point 5 critique la sanction infligée à son client manque de base légale parce que non prévue par le Code Ethique de la Fecafoot.

Pour Me Amombo en son point 6, son client n´est nul autre qu´un simple "bouc émissaire", mieux une pure manœuvre de diversion du mouvement sportif national et international au lendemain de la piètre prestation des sélections nationales engagées aux compétitions internationales- CAN Total Egypte 2019, Coupe du monde féminine France 2019. camer.be Au final, Me Amombo se réserve le "droit de laver l´honneur et l´image de son client par l´exercice de toutes actions judiciaires idoines prévues par la loi".

En effet, engluée depuis plusieurs années dans des tensions inextricables, la Fecafoot va continuer à nager dans des eaux troubles. Le limogeage du Coach Seedort et de son adjoint Kluivert, l´attente imminente de la décision du Tribunal arbitral du sport, un conseil exécutif très remonté contre le président de la Fecafoot dont le silence de marbre sur les retombées et les contours du contrat avec Le Coq sportif agace amèrement, l´injonction faite aux clubs ( sans l´avis de la ligue) par la Fecafoot de tenir au plus vite, leurs assemblées générales en présence d´un représentant de la Fecafoot, sont autant de foyers de tension qui n´augurent pas de lendemains meilleurs dans la maison Football au Cameroun. C´est chaud devant!

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.