Afrique: Améliorer la contribution des agriculteurs familiaux au développement durable

communiqué de presse

New York — Lancement de la Décennie d'action des Nations Unies pour l'agriculture familiale lors du Forum politique de haut niveau à New York

«Les agriculteurs familiaux ont besoin des politiques publiques et de cadres juridiques appropriés qui leur permettront de s'adapter et de prospérer dans un environnement en constante évolution et d'optimiser leur contribution au développement durable», a déclaré mardi M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

Il s'exprimait à l'occasion du lancement de la Décennie des Nations Unies pour l'agriculture familiale, organisé en marge du Forum politique de haut niveau sur le développement durable qui se tenait à New York.

L'événement a vu la participation de responsables de la FAO, du Fonds international de développement agricole (FIDA), qui supervise la mise en œuvre de la Décennie, ainsi que de ses co-organisateurs le Costa Rica et la France, sans oublier Via Campesina, le Forum rural mondial et l'Organisation mondiale des agriculteurs, entre autres.

«Nous devons reformer nos systèmes alimentaires et associer les activités de la Décennie pour l'agriculture familiale à celles de la Décennie d'action pour la nutrition.

Les agriculteurs familiaux sont ceux qui produisent des aliments sains. Ils peuvent nous sauver d'une épidémie d'obésité et nous avons besoin d'eux pour mettre en place des régimes alimentaires sains», a indiqué M. Graziano da Silva.

Montrer la voie afin de faciliter la mise en œuvre de la Décennie

Les exploitations familiales représentent 90 pour cent de l'ensemble des exploitations à travers le monde et produisent 80 pour cent de la nourriture mondiale en termes de valeur.

Soulignant que bien que les agriculteurs familiaux fassent partie d'un groupe bien distinct et qu'il n'existait pas de solution unique pour tous, le Directeur général de la FAO a souligné que deux mesures principales avaient aidé à montrer la voie en vue de faciliter la mise en œuvre de la Décennie: «D'abord, la FAO et le FIDA ont mis en place un Fonds fiduciaire multi donateurs.

La FAO a également mis à disposition un capital de départ afin de promouvoir le dialogue et les échanges entre agriculteurs portant sur les politiques publiques», a-t-il précisé.

Il a également invité les pays à accélérer le développement de leurs Plans d'action nationaux qui s'inspirent du Plan d'action mondial de la FAO et du FIDA lancé en mai dernier. «De cette façon, la FAO et le FIDA comprendraient mieux les exigences et les procédés de chaque pays», a-t-il expliqué.

Les agriculteurs familiaux, éléments clés d'une meilleure nutrition

Le Directeur général de la FAO s'est également dit vivement inquiet au sujet des niveaux élevés de malnutrition. «Nous devons lutter de manière urgente contre les taux croissants d'obésité et les carences en micronutriments.

Ce phénomène survient souvent dans des communautés où l'on s'est tourné vers des régimes alimentaires de mauvaise qualité et très peu diversifiés», a-t-il ajouté.

Il a notamment fait allusion à la consommation élevée d'aliments ultra-transformés, soit l'un des principaux facteurs de la prévalence de l'obésité.

«Les aliments ultra-transformés ont une faible valeur nutritionnelle, voire pas du tout, et contiennent une quantité élevée de gras saturés, de sucre raffiné, de sel et d'additifs chimiques, mais sont malheureusement moins chers, plus faciles d'accès et plus rapides à préparer que les aliments frais, surtout pour les personnes pauvres vivant en zone urbaine», a précisé le Directeur général de la FAO.

Dans ce contexte, M. José Graziano da Silva a indiqué que les agriculteurs familiaux avaient un rôle vital à jouer en vue d'augmenter la production et la consommation de produits frais et diversifiés et donc, a fortiori, en vue d'améliorer les régimes alimentaires des populations.

Faciliter l'accès à la nourriture doit aller de pair avec le fait de nourrir la planète

Au cours de son intervention, M. Graziano da Silva a également insisté sur le fait que le monde ne pouvait plus compter sur le modèle agricole qui a fait suite à la Révolution verte des années 60.

«Les systèmes agricoles nécessitant beaucoup d'intrants et de ressources ont réussi à faire augmenter la production alimentaire mais ont fait payer un lourd tribut à l'environnement, entraînant des phénomènes de déforestation, des pénuries d'eau, l'épuisement des sols et générant des niveaux élevés d'émission de gaz à effet de serre», a-t-il souligné.

Le Directeur général de la FAO a appelé à changer radicalement les systèmes alimentaires, essentiels à la production d'aliments sains et nutritifs, tout en protégeant les ressources naturelles. «Faciliter l'accès à la nourriture doit aller de pair avec le fait de nourrir la planète», a-t-il conclu.

L'événement parallèle «Lancement de la Décennie des Nations Unies pour l'agriculture familiale (2019-2028): synergies et principales contributions au Programme de développement durable à l'horizon 2030» a donné l'occasion de promouvoir le dialogue entre agriculteurs familiaux, gouvernements, agences onusiennes et acteurs non gouvernementaux en vue d'entreprendre des actions au niveau régional, national et mondial et de contribuer à la transformation des systèmes alimentaires et agricoles pour améliorer la nutrition.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.