Congo-Kinshasa: En visite d'inspection des travaux publics - Félix Tshisekedi passe à l'évaluation !

Telle une démarche cartésienne, le Chef de l'Etat congolais, Félix Tshisekedi Tshilombo, accompagné de son Directeur de cabinet, Vital Kamerhe, était descendu dans quelques chantiers de la capitale Kinoise afin de palper de près l'avancement des travaux publics.

Lesquels travaux avaient été lancés par lui-même dans le cadre de son programme d'urgence de "100 jours", alors qu'il venait de récupérer "fraichement" le bâton de commandement entre les mains de son prédécesseur, Joseph Kabila. "Routes embouteillées, lenteur des travaux, insuffisances d'informations sur différents sites... ", telle a été l'action qui a poussé immédiatement le Président de la République à effectuer cette inspection générale.

Demande d'explication

Loin d'être un fait anodin, cet événement qui s'est déroulé le mercredi 17 juillet 2019, a permis au Président "Fatshi" de constater de près le niveau d'exécution des travaux, désengorger les artères et donner un coup d'accélérateur aux travaux. Au final, le locataire de la cité de l'Union Africaine a, par la même occasion, obtenu des explications de premières mains de la part des équipes d'exécution. Voilà, de quoi lui donner des arguments solides pouvant permettre de calmer les ardeurs des congolais lambda. Ovationné par une foule en liesse spontanément massée le long de son parcours, l'ancien Président de l'Udps, n'a pas manqué d'enregistrer personnellement les plaintes et doléances de la population. La plupart de passagers se plaignent des embouteillages monstrueux devenus fréquent dans la ville, principalement à cause de la construction des sauts-de-moutons censés pourtant libérer la capitale de ses interminables embouteillages cauchemardesques.

Quid de saut-de-mouton ?

Du quartier Kinsuka à Kingasani en passant par le Boulevard du 30 juin et l'avenue de L'université, Félix Tshisekedi a obtenu des explications de premières mains de la part des équipes d'exécution. Le premier saut- de-mouton, celui de Kinsuka sera ouvert à la circulation routière fin septembre. Parallèlement aux travaux sur le site, des grands ateliers de préfabrication sont opérationnels et préparent des structures qui seront transportés sur différents chantiers. Par contre, d'autres sites dont le travail de forage traîne, les conducteurs de travaux ont justifié cette situation par la complexité des études préalables. Réagissant rapidement, Benjamin Wenga Basubi, Directeur Général de l'Office des voiries et drainage (OVD), a laissé entendre que le sondage du sol, l'analyse du sol et le dimensionnement de l'ouvrage exigent beaucoup de temps et de minutie. D'après lui, les travaux ont progressé de 40%. Etonnant ! Si l'on sait réellement combien de congolais continuent à se plaindre à cause de la lenteur dans la construction.

En cela, faudrait-il dire que les travaux aussi retardés à certains endroits par la présence des maisons d'habitation, des câbles de la SNEL et tuyauteries de la Régideso. Aux yeux de la présidence, les travaux se poursuivent sans désemparer. Le Président de la République aurait instruit les services de la Police nationale pour une réglementation professionnelle quant aux embouteillages généralement créés par la mauvaise conduite des chauffeurs taxi.

Qu'à cela ne tienne, la visite d'inspection des travaux publics du Chef de l'Etat devait à tout prix produire ses fruits sur le terrain. Au cas contraire, les habitants de la ville-province de Kinshasa ne vont que soustraire leur confiance à ce projet dont la faisabilité n'avait pas rencontré au départ, l'assentiment dans le chef de la population. Des 5 chantiers à la révolution de Joseph Kabila, en passant par le programme d'urgence de 100 jours, Félix Tshisekedi est appelé à intensifier la pression pour que ces travaux publics soient finalisés d'ici le mois de décembre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.